×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Allocation pour perte d'emploi: Les syndicats divisés sur les aspects techniques

Par L'Economiste | Edition N°:1052 Le 04/07/2001 | Partager

. L'UMT refuse que cette prestation soit gérée par la CNSS. La CDT et l'UGTM mettent en garde contre les abus que la mise en place de cette prestation peut occasionnerLe débat sur l'allocation pour perte d'emploi n'est pas encore bouclé. Les partenaires sociaux ne sont toujours pas arrivés à un consensus. En tout cas, la position des syndicats sur ce dossier laisse supposer que cette prestation ne risque pas de voir le jour de sitôt. Pour l'heure, une chose est sûre, les syndicats sont unanimes sur la nécessité de mettre en place une telle prestation, mais ils sont divisés sur certains aspects techniques. C'est le cas par exemple pour la centrale de Mahjoub Benssedik qui ne manque pas de souligner que ce projet “répond à un vrai besoin”. Le hic pour l'UMT se situe au niveau de la finalité et du montage de cette mesure. “Il n'est pas équitable que les assurés sociaux subissent un prélèvement personnel et permanent sur leur revenu pour une allocation dont ils ne peuvent bénéficier que collectivement et ce, suite à un évènement provoqué par l'employeur”, estime l'UMT. Et d'ajouter “que cette prestation sera servie à intervalles très éloignés, pour une durée limitée et un montant soumis à un plafond trop restrictif”.Outre ce volet, la centrale estime que cette prestation ne devrait pas non plus être servie par la CNSS. “Le service de cette indemnité relève de la responsabilité directe des pouvoirs publics, voire des employeurs, pour accompagner une politique de réduction des effectifs d'emplois”, note l'UMT. Selon cette centrale, l'allocation pour perte d'emploi relève “d'un dispositif spécifique en dehors de la CNSS”. Ce n'est pas tout. La centrale de Mahjoub Benseddik propose que cette allocation soit gérée par un fonds social. “Ce dernier pourrait être financé par la Caisse de Compensation, par la fiscalité ou un fonds de prévoyance des employeurs, ou toute ligne publique affectée à la restructuration et la mise à niveau des entreprises”, tient à préciser l'UMT. “Ce dispositif peut être mis en place soit directement par le Ministère de l'Emploi, soit par l'intermédiaire de l'Anapec”, poursuit-elle. Pour sa part, la CDT, qui reste également favorable à cette nouvelle prestation, relève que sa mise en place ne devrait pas empêcher les salariés de bénéficier de certaines indemnités. Autrement dit, la confédération considère que “les indemnités de licenciement doivent être également attribuées aux salariés”. Quant à l'UGTM, elle avance que “cette allocation doit faire l'objet d'un consensus entre les partenaires sociaux et en particulier sur son financement”. Cette centrale syndicale met également en garde contre les abus que cette prestation pourrait engendrer. “Il ne faut pas que cette allocation constitue une excuse pour le patronat afin d'opérer les licenciements qu'il désire ou qu'il l'utilise dans le cadre de la flexibilité pour se séparer plus rapidement de ses salariés”.


Scénarios

Selon une étude réalisée par la CNSS, la population potentielle à l'allocation pour perte d'emploi est estimée à 172.065 assurés. Ces derniers ont totalisé plus de cinq années d'assurance dont six mois avant la date d'arrêt de travail. Pour déterminer la population éligible, l'étude s'est basée sur trois scénarios. Le premier considère que 20% de la population potentielle serait éligible à cette prestation avec un engagement de la CNSS de l'ordre de 133 millions de DH. Le second scénario porte sur 30% de la population potentielle et une enveloppe financière de 200 millions de DH. Le troisième scénario estime que 86.033 assurés seraient éligibles à cette prestation et evalue le montant global de la prestation à 333 millions de DH.K. M.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc