×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Affaires

    Airbus jette l’éponge

    Par L'Economiste | Edition N°:2080 Le 05/08/2005 | Partager

    . L’avionneur européen refuse l’appel d’offres lancé en juin par RAM . Motif: Pas de cahier des charges clairement édictéCOUP de théâtre! Airbus vient de refuser l’appel d’offres lancé par Royal Air Maroc (RAM) début juin, qui portait sur quatre appareils. L’avionneur européen a annoncé jeudi 4 août qu’il ne fera pas de proposition à la compagnie nationale. Ainsi, Boeing reste seul dans la course. Un nouveau rebondissement donc, entre les deux frères ennemis de l’aviation. Le motif avancé par Airbus? Pas de cahier des charges, pas de règles précises. Selon une source sûre, l’avionneur estime ne pas être en mesure de répondre à RAM ne sachant pas précisément ce sur quoi ils vont être évalués. «Nous devions remettre une offre en juillet, annonce un responsable d’Airbus, nous estimons que les conditions de réponse ne sont pas garanties. Nous avons souhaité reporter notre offre». L’avionneur aurait demandé en effet le détail du cahier des charges et éventuellement de reconsidérer l’offre. Chose qui lui aurait été refusée par la compagnie nationale, qui s’était fixé comme date butoir, juillet. Contactée par L’Economiste, RAM n’a pas souhaité s’exprimer sur le sujet. Pour rappel, la compagnie nationale renforce sa flotte et a donc entamé en juin dernier, des consultations auprès des deux avionneurs pour le remplacement de ses duos B767 et B757. «Les options à envisager concernent l’acquisition des modèles suivants: A350 ou B787, soit un total de quatre appareils», indique Aziz Yousfi, chef de service Relations médias de RAM.On se souvient, le constructeur toulousain avait réagi au quart de tour (dès le lancement de l’appel d’offres), affichant ses ambitions -dans une conférence de presse le 28 juin à Casablanca- de remporter le marché. L’enjeu était de taille. Il lui offrait l’opportunité d’asseoir sa position auprès de la compagnie nationale. Airbus baisse donc les bras? Pas vraiment, assure-t-on du côté de l’avionneur européen: «Nous restons dans la bataille». Le constructeur se dit prêt à faire une autre offre à RAM: «La livraison étant prévue pour 2009, rien n’est perdu», assure une source proche du dossier. Ce qui est sûr, c’est que la décision de RAM sera connue en septembre.Céline PERROTEY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc