×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Aïd-Al-Adha
Les prix varient entre 30 et 35 Dh le kilo

Par L'Economiste | Edition N°:1939 Le 17/01/2005 | Partager

. Des différences selon la race et les régions . Casablanca en tête des marchés Ce sont plus de 5 millions d’ovins et de caprins qui seront sacrifiés à l’occasion d’Aïd-Al-Adha. Il est évident que c’est la demande sur les moutons qui sera la plus forte. On l’estime à 4,7 millions de têtes tout en assurant, du côté du ministère de l’Agriculture, qu’elle sera entièrement satisfaite. En effet, l’offre en moutons atteint 6,3 millions de têtes. «Les disponibilités en ovins et caprins, en prévision des sacrifices de l’Aïd-Al-Adha, sont satisfaisantes aussi bien au niveau quantitatif que qualitatif», indique, de son côté, l’Association nationale ovine et caprine.Côté prix, la nuance est le maître mot. «Il est très difficile de se hasarder à donner des prix, tellement les facteurs déterminants sont complexes et imbriqués», tient à préciser un responsable au ministère de l’Agriculture. Celui-ci donne quand même une valeur de grandeur: le prix au kilo, poids vif, peut varier entre 30 et 35 DH. Mais ce n’est qu’à titre indicatif. Les prix peuvent dépasser cette fourchette en fonction de la race (Sardi à 38 DH et Timhdit à 34 DH), de l’état d’engraissement et des régions. Le Plateau central, l’Atlas et l’Oriental sont des zones de production par excellence. Les prix y sont moins élevés par rapport au Nord où il n’y a pratiquement pas d’élevage. Les rumeurs jouent également de tout leur poids. A Rabat, par exemple, les éleveurs et les revendeurs ont baissé les prix, suite à la rumeur que les fonctionnaires ne seraient pas payés avant l’Aïd. Sur le plan sanitaire, les responsables assurent que «l’état du cheptel est extrêmement satisfaisant. Aucun cas de maladie contagieuse n’est signalé. La «tongue blue» est maîtrisée ainsi que la clavelée suite à la vaccination des animaux à haute valeur énergétique (Sardi et Timhdit). Casablanca, vu sa taille et sa population, vient en tête des régions consommatrices. L’approvisionnement de la métropole n’a, toutefois, commencé qu’en début de semaine dernière. «Les camions n’ont été autorisés à rentrer dans les souks qu’à partir de mercredi. C’est surtout un souci d’hygiène et de propreté qui a motivé la décision des responsables», explique un cadre à la Direction provinciale de l’agriculture (DPA). Les marchés habituels (Afriquia, Derb Ghallef, El Bernoussi, Sidi Moumen, Hay Mohammedi, Aïn Chok, Hay Hassani) et les grandes surfaces sont en passe de constituer la destination prisée des familles.La vente n’est cependant pas limitée à ces espaces. A l’approche de l’Aïd, toute la ville de Casablanca se convertit en un marché aux moutons et produits parallèles. Tous les magasins et entrepôts inoccupés et terrains vagues se transforment en des points de vente. L’hygiène en pâtit profondément. Pour en avoir une idée, un mouton de 50 kg, poids vif, produit 10 à 15 kg de déchets, soit 20.000 tonnes de déchets par jour. Ce à quoi, les trois sociétés de collecte des ordures (Tecmed, Sita et Sogedema) promettent de s’attaquer vivement. Certains Casablancais préfèrent, par contre, acheter leur mouton de l’Aïd sur des souks ruraux. Ils y guettent des opportunités de prix et de qualité. Dans le périmètre rural, les souks hebdomadaires se transforment en marchés quotidiens de moutons. On compte ainsi près de six souks: Larbâat Oulad Jerrar (Dar Bouâaza), Tlat Bouskoura, Khmiss Médiouna, Sebt Tit Mellil, Had Louizia (Mohammédia), Had Suissra (Sidi Moussa Al Majdoub). Au niveau des prix, les autorités affirment que pour le moment, seules des estimations sont à avancer. La fourchette des prix ne sera connue avec exactitude qu’à partir du week-end. Les gens prospectent le marché avant de se lancer dans l’achat. Du côté de la Direction provinciale de l’agriculture, on avance le chiffre de 34 à 40 DH, le kg. Mais c’est surtout le jeu de l’offre et de la demande qui fera fluctuer le prix des ovins au gré des circonstances. Dans l’ensemble, on estime que près d’un million de têtes seront abattus par la population casablancaise. «Ce qui est sûr, c’est qu’il y a une bonne offre. Le cheptel est en bon état de santé et d’engraissement», affirme un cadre à la wilaya. Une tournée quotidienne à travers les points de vente est effectuée par les services vétérinaires des différentes administrations (wilaya, préfectures, communes, délégations de l’Agriculture).


Races

Au total, il y a 6 types de races ovines. La plus connue est le «Sardi» dont l’offre est de 2,1 millions de têtes. Les moutons «Sardi» proviennent essentiellement de Settat, El Kalâa et Beni Mellal. Ils sont suivis en nombre et en préférence par la race «Timhdit» (1,9 million de têtes) originaire de Khénifra, Ifrane, Khémissat et El Hajeb. Juste après vient la race dite «Beni Guile» (1,5 million de têtes) qui est originaire d’Oujda et de Figuig. Il y a également la race «Beni Hsen» (380.000 têtes) qu’on trouve dans le plateau de Maâmoura. La race «Bejâad» (276.000 de têtes) est issue de la région de Khouribga. Enfin, l’offre de la race «D’Mane» (614.000 têtes) est la plus faible et est produite par la région de Errachidia, Ouarzazat et Zagora. Par ordre de préférence: le Sardi est le plus demandé. Ali JAFRY

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc