×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Emission obligataire
La SFI lève 1 milliard de DH en février

Par L'Economiste | Edition N°:1939 Le 17/01/2005 | Partager

. C’est le montant maximum autorisé. Objectif: redorer le blason du marché des capitaux.... ... et promouvoir des produits sophistiqués C’est la première fois qu’une institution non résidente initie une telle opération. L’émission obligataire que la Société financière internationale (SFI) s’apprête à lancer en février portera sur un montant maximum de 1 milliard de DH. L’opération sera libellée en dirhams et la dette sera d’une maturité moyenne. BMCI Finance est la banque conseil et BMCI, l’arrangeur et chef de file du syndicat de placement, avec le concours de 2 cochefs de file, Attijariwafa bank et la Caisse de dépôt et de gestion. Le placement sera également assuré par la BCP, BMCE Bank, Crédit du Maroc, la Société Générale et la Médiafinance. Le Conseil déontologique en valeurs mobilières (CDVM) a accordé le visa à la note d’information préliminaire, en attendant la note définitive qui viendra préciser dans les prochains jours les caractéristiques de l’opération.. Papier de bonne qualitéA noter que le produit de cette émission sera affecté à des opérations générales de la SFI, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du Maroc, selon les opportunités. «En fait, le but premier de la SFI n’est pas de se financer puisque le coût de cette émission sera supérieur à une levée de fonds sur le marché international», souligne Joumana Cobein, chef de bureau de la SFI au Maroc.L’objectif premier de cet appel public à l’épargne est de contribuer au développement du marché de la dette en diversifiant l’offre de papier de bonne qualité au profit des investisseurs. L’opération devrait donc contribuer à redorer le blason du marché des capitaux domestique à l’étranger. Elle permettra aussi de lancer des produits sophistiqués, notamment les prêts partiellement garantis. Ces derniers sont censés faciliter l’accès au financement à long terme aux entreprises locales.De plus, il sera possible pour l’institution d’établir un benchmark (une référence) pour élargir ses domaines d’intervention. Outre le développement des garanties partielles, la SFI entend s’impliquer davantage dans le montage de projets d’infrastructure et de l’énergie entre autres.Pour rappel, la filiale de la Banque mondiale finance des activités de prêt par des émissions obligataires sur les marchés des capitaux internationaux. Pour 2005, son programme de financement est évalué à 3 milliards de dollars. Les fonds de la SFI sont distincts de ceux de la maison mère et les obligations émises par l’institution ne sont pas garanties par la Banque mondiale. Cependant, ses titres bénéficient de la meilleure notation attribuée par les agences internationales (AAA pour Standard & Poor’s et Aaa pour Moody’s).


«Le marché assez liquide pour réussir l’opération»: Nina Shapiro, vice-présidente Finance et Trésorerie de la SFI
- L’Economiste: Pour quelles raisons la SFI choisit le Maroc en ce moment précis pour lancer une émission obligataire en dirham?- Nina Shapiro: Nous jugeons le moment opportun pour plusieurs raisons. Tout d’abord, cette opération est l’aboutissement d’un travail mené en étroite collaboration avec le gouvernement marocain depuis 18 mois environ. En outre, nous estimons le marché domestique suffisamment liquide pour assurer le succès de cette émission. Celle-ci contribuera d’ailleurs à donner encore plus de profondeur au compartiment obligataire. Enfin, cette émission constitue une opportunité d’ouverture du marché local des capitaux sur le marché international grâce à une diversification du papier de bonne qualité.- Quel a été l’impact des opérations similaires que la SFI a initié dans d’autres pays comme la Colombie par exemple?- L’émission obligataire réalisée en Colombie en 2003 a permis le développement de huit projets de garantie partagée au profit d’entreprises locales. Elle a par ailleurs provoqué un effet d’entraînement puisqu’elle a été suivie d’opérations similaires par d’autres organismes supranationaux et entreprises privées. En définitive, le marché obligataire domestique a gagné en profondeur et en efficience. Sans oublier que la réalisation de telles opérations favorise le transfert de savoir-faire au niveau des pratiques de marché. - La SFI vient de boucler une émission d’obligations islamiques en Malaisie. De quoi s’agit-il au juste?- Il s’agit de la première émission réalisée au monde, libellée en devise locale et réalisée par une entité non résidente à la demande du gouvernement malaisien. Les termes de l’opération sont conformes à la réglementation islamique. Ainsi, le taux d’intérêt a été remplacé par d’autres types de paiement qui ont lieu deux fois par an. Dans tous les cas, cette opération permettra à la Malaisie de développer des produits sophistiqués qui répondent aux règles de la Chariâ. Propos recueillis par Mouna KABLY

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]onomiste.com
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc