×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    AG-CGEM: Comme une lettre à la poste

    Par L'Economiste | Edition N°:2560 Le 02/07/2007 | Partager

    . Réforme des statuts et du règlement intérieur: chose faite. Cotisations: Elalamy rappelle ses troupes à l’ordreSilence religieux dans le grand salon du Sheraton, qui accueillait, jeudi dernier, l’assemblée générale de la CGEM. Pourtant, les trois-quarts des quelque 385 sièges étaient occupés, dont seulement une vingtaine par des femmes. Il n’a pas fallu plus d’une heure et demie au président Elalamy pour boucler la réunion annuelle, dans le consensus le plus complet. Le rapport moral, le rapport financier, la réforme des statuts et le nouveau règlement intérieur sont passés comme une lettre à la poste. Sûr de lui, presque décontracté, il a rappelé ses «bons coups». Adoption de la charte de responsabilité sociale, création du label CGEM, réouverture du dialogue avec l’administration, facilités d’obtention des visas pour l’espace Schengen et augmentation de 28% du membership entre 2005 et 2006. Sur un ton ferme, Elalamy a répété aux adhérents que payer les cotisations était une obligation. Actuellement estimé à 73,4%, le taux de recouvrement est encore insuffisant. Une campagne a d’ailleurs été lancée début juin (cf.www.leconomiste.com).Les commissions, dont le travail a été qualifié de «disparate», ont aussi fait l’objet d’un rappel à l’ordre. Le président de la CGEM se gardera de les nommer. D’ailleurs, les plans d’action 2007 de chacune d’elles ont été remis à tous, à l’entrée de l’assemblée. Elalamy a profité du moment pour annoncer que la «Fédération des médias» souhaitait adhérer à la CGEM. «Vous serez les bienvenus parmi nous», a-t-il avancé. Pourtant, la Fédération marocaine des éditeurs de journaux assure qu’aucune démarche officielle n’a été entreprise en ce sens.Le président, qui se dit ouvert à la discussion avec les partis politiques, a tout de même tenu à leur lancer un message. Que bon nombre d’entre eux sollicitent des rencontres «préélectorales» auprès du conseil du patronat, afin de présenter leur programme économique, soit. Mais Elalamy promet que sa confédération ne manquera pas de rappeler leurs engagements à ceux qui formeront le prochain gouvernement. «Ils auront des comptes à rendre».Rappelons que depuis les dernières semaines, la CGEM a reçu l’Istiqlal et le PJD. L’USFP devrait bientôt faire le même exercice. Deux conventions ont été signées pendant la grand-messe des patrons: la première avec la CNSS et la seconde avec le Crédit Agricole du Maroc. Objectif: arrêter les avantages offerts aux entreprises labelisées par la confédération. Marie-Hélène GIGUÈRE

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc