×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Souss/Incendies de forêts
Appel à plus de vigilance

Par Fatiha NAKHLI | Edition N°:4812 Le 13/07/2016 | Partager
La commune urbaine d’Agadir, une zone déclarée sensible
Les usagers, principaux responsables des feux de forêts
131 guetteurs d’incendies seront engagés pour les périodes à risques
incendie_4812.jpg
Le volet le plus important reste la sensibilisation de la population et de la société civile pour la prévention et  éviter au maximum les risques d’éclosion du feu (Ph. DREFLCD)

QUI dit  saison sèche, dit moins de risque d’incendie. Mais ce n’est pas une raison pour faire preuve de moins de vigilance. Bien au contraire, le risque n’est jamais tout à fait absent. Pour preuve, 9 incendies ont déjà été déclenchés durant l’année en cours dans la région Souss Massa, dont 6 dans la seule préfecture d’Agadir Ida Outanane. Une zone très sensible, nous indique-t-on à la Direction régionale des eaux et forêts et de lutte contre la désertification (DREFLCD). Un effort supplémentaire en matière de prévention des incendies de forêts reste ainsi à faire pour prémunir cette commune urbaine. Il faut préciser toutefois que lorsque l’année n’a pas été pluvieuse, les conditions ne sont pas favorables à la propagation des feux de forêts au niveau des zones sensibles et à hauts risques. En 2015, plus de la moitié de la superficie incendiée a été enregistrée au niveau de Sidi Ifni. Et ce, par un seul incendie. 

Sensibilisation tous azimuts

incendie_2_4812.jpg
 

En termes de superficie, plus de 99% de l’aire incendiée a touché les formations à base d’arganier dans la plaine et le piémont. Cet arbre légendaire est connu par sa résistance à l’incendie, mais c’est surtout le tapis herbacé qui a été touché par le feu. Il faut préciser que tous les incendies déclenchés l’année précédente ont pris départ entre midi et minuit avec plus de la moitié  démarrant entre midi et 18 heures. «Des fautes humaines d’inattention sont pratiquement derrière tous les incendies que la région connaît, c’est pourquoi il faut redoubler de vigilance et sensibiliser les gens à la nécessité de faire attention», explique Aziz Afker, ingénieur à la DREFLCD.  Notamment, les pique-niqueurs, apiculteurs et toute autre personne évoluant dans le périmètre forestier qui doivent faire attention pour préserver la forêt et éviter sa dégradation dans la région. Il est vrai que le risque d’incendie est moins grand quand l’année a été «sèche». Mais les superficies forestières selon les essences sont aussi à prendre en compte. Si dans le Souss Massa l’arganier occupe la majeure partie avec plus de 58%, il y a toutefois également le thuya, facilement inflammable, qui représente plus de 10% de la superficie forestière. Le chêne vert, le genévrier, l’acacia radiana, le tamarix… sont parmi les autres végétations qui poussent dans la région.
Pour rappel, le programme 2016 de prévention en cours de réalisation prévoit la réhabilitation et entretien des chemins forestiers sur 153 kilomètres, l’aménagement et entretien des tranchées pare-feu sur 3 km et l’ouverture de pistes sur 57 km. 131 guetteurs d’incendies seront d’un autre côté engagés sur toute la période des incendies pour plus de vigilance.

Vulnérabilité des écosystèmes

LA problématique des incendies de forêts est devenue une préoccupation majeure, qui s’accentue avec l’augmentation de la vulnérabilité des écosystèmes forestiers face aux changements climatiques et à l’accroissement du nombre des départs de feu. Or, le volet le plus important reste la sensibilisation de la population et de la société civile pour la prévention et  éviter au maximum les risques d’éclosion du feu. Il  est aussi impératif d’équiper les communes rurales à fort risque d’incendie de petit matériel de lutte afin de permettre la maîtrise d’un feu éventuel dans un temps restreint. Par ailleurs, une bonne organisation entre la population et les responsables est un des facteurs clés pour assurer un échange d’information rapide et une mise en synergie des moyens d’intervention des différents partenaires.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc