×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Le Maroc manquera d’eau dès 2020

Par L'Economiste | Edition N°:4710 Le 17/02/2016 | Partager
Le réchauffement climatique, déjà une réalité
81,9 millions de tonnes d’eq-CO2 à économiser d’ici 2040
550 milliards de DH à mobiliser

Le module Énergie, responsable d’environ 78% de dégagement de gaz carbonique et plus de la moitié des émissions globales des GES du Maroc, est de loin le premier émetteur du gaz carbonique et de GES en général avec 54,4% et 56,5% respectivement en 2010 et 2012

A quelques mois de la tenue de la COP22 à Marrakech, le Maroc a rendu publique sa troisième communication nationale à la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques. Ce document, qui dresse l’évolution de l’état des lieux et les engagements du Royaume en termes de lutte contre le réchauffement planétaire, a été présenté hier à Rabat. Car, la lutte contre ce phénomène ne peut se faire que par des actions concrètes comme celles déjà mises en place par le Maroc, notamment dans le domaine de l’énergie solaire et éolienne. Le challenge aujourd’hui est la ratification par les Etats de l’accord de Paris. Cette troisième communication nationale sera suivie par la soumission, avant la fin du mois, du premier rapport biennal actualisé, avant de procéder à l’élaboration d’une stratégie nationale de développement sobre en carbone et d’un plan d’adaptation au changement climatique.
Aujourd’hui, ces mesures sont d’une importance capitale. Car, le changement climatique est déjà une réalité au Maroc, qui connaît une augmentation moyenne de la température de 1° et une chute moyenne des précipitations de 26%. Et le pays «connaîtra une pénurie de ressources hydriques à l’horizon 2020 ou 2030, quel que soit le scénario retenu», est-il indiqué. En 2012, dernière date prise en compte dans cette 3e communication nationale, les émissions de gaz à effet de serre au Maroc ont atteint 3,10 tonnes eq-CO2/habitant contre 2,95 tonnes en 2010. Le module Énergie, responsable d’environ 78% de dégagement de gaz carbonique et plus de la moitié des émissions globales des GES du Maroc, est de loin le premier émetteur du gaz carbonique et de GES en général avec 54,4% et 56,5% respectivement en 2010 et 2012. C’est pour faire face à cette situation que les différentes parties prenantes à la task force marocaine de lutte contre le réchauffement climatique se mettent en ordre de bataille. L’enjeu est d’aboutir à un équilibre qui allie les impératifs du développement, la nécessité de protection de l’environnement et la possibilité de profiter des opportunités de l’économie verte. C’est dans cette logique qu’a été élaboré le scénario d’atténuation, qui s’articule autour de 49 mesures et projets portant sur différents secteurs émetteurs. Le potentiel d’atténuation a été fixé à 81,9 millions de tonnes eq-CO2 d’ici 2040. La réalisation de cet objectif nécessitera des investissements de près de 56,9 milliards de dollars (554,6 milliards de DH) en termes de mesures d’atténuation. Elles permettront de générer un bénéfice annuel de 2,6 milliards de dollars. Les actions de renforcement des capacités nécessiteront la mobilisation de 111,7 millions de dollars (1,088 milliard de DH). L’essentiel de cette enveloppe (89%) ira au financement des actions stratégiques transversales.

Globalement, ce document met en avant les différents programmes relatifs aux mesures d’adaptation et d’atténuation. Elles reprennent certaines actions déjà en œuvre par certains départements sectoriels. C’est le cas notamment pour «la mise en œuvre de la nouvelle stratégie de l’eau, qui comporte les principales mesures d’adaptation aux impacts du changement climatique». Elle est complétée par «une amélioration de la planification et de la gestion intégrée de cette ressource, à travers le renforcement des synergies avec les autres stratégies sectorielles, notamment le Plan Maroc Vert, Plan Azur, stratégie d’accélération industrielle…». Pour le domaine forestier, «les piliers des mesures d’adaptation s’articulent autour des trois grands programmes, à savoir le Plan national de lutte contre la désertification, le Plan national d’aménagement des bassins versants et le programme forestier national». Ce dernier est considéré comme «une priorité du Haut commissariat aux eaux et forêts».

Atténuation

Le Maroc est considéré comme un faible émetteur de gaz à effet de serre, mais fortement vulnérable face aux effets du changement climatique. Mais au-delà des mesures d’adaptation, la 3e communication nationale met en avant une série d’actions pour atténuer la part d’émission des gaz. Des projets sont prévus pour l’atténuation pour le module énergie. Au niveau de la production, ce document a listé une série de projets, dont certains sont en cours. Dans l’éolien, l’objectif est d’étendre le parc à 2.008 MW à l’horizon 2020, avant d’installer 2.000 MW supplémentaires en 2030. Idem pour le solaire dont la capacité devra atteindre 2.000 MW.  A cela s’ajoutent les programmes d’efficacité énergétique dans les bâtiments et la généralisation du programme villes vertes, à faible émission de carbone en 2040, suite au lancement d’un projet pilote au niveau de la ville nouvelle de Chrafate. Dans le domaine agricole, l’objectif est de poursuivre la promotion du pompage solaire à grande échelle, en tant que substitut du gaz butane et du gasoil.

M.A.M.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc