×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Une fondation qui repense les transitions

Par L'Economiste | Edition N°:4710 Le 17/02/2016 | Partager
Energie, social, éducation, économie, politique… les thématiques
4 think tanks et 6 initiatives sociales programmés
Transitus Foundation compte lancer une banque à projets et des incubateurs

Le paysage associatif compte un nouvel acteur. Transitus Foundation vient de constituer son bureau. La fondation a pour ambition d’apporter sa contribution à la transformation sociétale en cours et ce, en réfléchissant d’une manière libre, responsable et organisée via des think tanks. La fondation espère également créer de nouveaux modèles hybrides, à la croisée du social, du business et de la créativité. «Nous comptons lancer et accompagner des actions qui ont un impact social mais gérées de manière entrepreneuriale et dotées d’un business plan avec la condition d’être innovant par rapport à l’environnement», précise Youness Snoussi, président-fondateur de Transitus Foundation. La structure a été créée officiellement à Casablanca le 14 février dernier sous la forme juridique d’association à but non lucratif. La fondation se revendique en tant qu’organisation non gouvernementale (ONG) indépendante et apolitique visant à «rayonner au niveau national et méditerranéen».

Le premier chantier de la fondation est la finalisation des actions de démarrage, notamment les formalités administratives, la mise en place de bureaux régionaux (Marrakech, Casablanca, Rabat), le règlement intérieur, le recrutement de nouveaux membres (en plus des 124 adhérents) ou encore l’enrichissement du portail de la structure et la création d’un journal virtuel. Cette étape transitoire devrait être finalisée lors du 1er trimestre 2016. La prochaine étape prévoit la création d’une banque à projets sociaux innovants et le lancement dans un premier temps de 4 think tanks qui s’articulent autour des différents thèmes de la transition et de 6 projets conformes à la vision de la fondation. «Nous comptons lancer 3 à 4 think tanks dans un premier temps. Ces premières structures de réflexion seront spécialisées dans les questions de transitions numérique, sociale, économique et politique. Chaque think tank devra émettre des livrables par thématique», explique le président fondateur de Transitus.  A terme, la fondation devrait compter pas moins de 10 thinks tanks orientés transition territoriale, environnementale, entrepreneuriale, sanitaire, énergétique ou encore sportive. La priorité de ces boîtes à idées sera d’établir des diagnostics en étudiant les expériences de transitions en cours ou qui ont déjà eu lieu à l’international, puis de les benchmarker avec ce qui se fait au Maroc. L’objectif est d’identifier le gap existant.

La fondation compte également conclure des partenariats avec le ministère de l’Artisanat, l’Emlyon Business School (pour bénéficier de l’expérience de ses incubateurs en France) ou encore avec l’OFPPT.  Côté ressources, les 124 membres de la fondation sont constitués de juristes, de responsables RH, de cadres, de médecins, de politologues et de sociologues… S’y ajoutent une part importante d’ingénieurs aux spécialités diverses (30%). Le corpus de la fondation est actuellement constitué à 31% de femmes.

Think tanks

Les think tanks sont généralement des structures de droit privé, indépendantes de l’Etat et à but non lucratif. Elles regroupent entre 5 à 8 experts dont l’activité principale est de produire des réflexions, des études et d’élaborer des propositions et recommandations, le plus souvent dans les domaines des politiques publiques, de l’économie et du social.  Connues aussi sous le nom de «Brain Box», ces structures ont fait leur apparition dans les années 1960. Les Etats-Unis restent le pays qui compte le plus de think tanks. Brookings Institution (Etats-unis), Council of Foreign Relations (Etats-Unis), Carnegie Endowment for International Peace (Etats-Unis) ou encore le Chinese Academy of Social Sciences font partie des 25 think tanks les plus influents au monde.

A. At

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc