Entreprises

Immobilier/BTP/Ciment
L’écosystème dans les starting-blocks

Par Amine ATER | Edition N°:4694 Le 26/01/2016 | Partager
Pourparlers entre opérateurs et tutelle pour établir la feuille de route
Investissement, emplois, synergies… les retombées

Le compte à rebours est enclenché pour l’élaboration des contrats de performance entre les opérateurs (BTP, matériaux de construction, ciment et promoteurs immobiliers) et les ministères de l’Habitat et de l’Industrie. Ces feuilles de route devraient permettre la création d’écosystèmes qui canaliseront les opportunités et synergies induites entre professionnels. «Nous avons tenu dernièrement une réunion qui a regroupé les professionnels et les ministres de l’Habitat et de l’Industrie pour créer un écosystème. L’objectif est de trouver les points de convergence pour relancer les BTP et stopper les destructions d’emplois qui se situent entre 30.000 et 50.000 pertes», précise Youssef Ibn Mansour, président de la Fédération nationale des promoteurs immobiliers (FNPI). Selon la corporation de l’immobilier, les consultations sont en phase préliminaire de réflexion et d’identification des pistes de relance. «Une autre réunion inter-fédération est prévue sous peu. Nous devons peaufiner les détails et trouver la meilleure approche pour privilégier la production nationale», annonce le président de la FNPI. En clair, les contrats performance sont actuellement en phase de «mise en œuvre» et les différents acteurs doivent encore s’accorder sur les projections en termes d’investissements ou encore le nombre d’emplois à créer. «Il n’y a pas de visibilité sur la création des écosystèmes. Nous sommes tributaires de la signature des différents acteurs publics et privés», explique David Tolédano, président de la Fédération des matériaux de construction (FMC). Pour le patron de la FMC, les enjeux sont multiples vu que la crise est avérée dans le secteur. Une situation qui renseigne sur l’urgence des parties concernées de se réunir pour préparer la feuille de route dans les plus brefs délais. «Nous devons travailler sérieusement et communiquer de manière constructive. Nous n’avons plus le temps d’invectiver», insiste Tolédano. L’enjeu est de taille, car les contrats performance devront se traduire par des milliers d’emplois (200.000), une attractivité, des investissements en plus de synergies possibles. «Il ne faut pas laisser ces secteurs qui emploient près de 1 million de personnes couler. Ce sont là les plus gros employeurs, l’on a tendance à l’oublier!» rappelle Ibn Mansour.

Chaîne de valeur

Pour les opérateurs, le marché est loin d’être saturé en matière de logements ou encore d’infrastructures. «Il y’a de la    demande à tous les niveaux. Reste à savoir si cette demande est encore solvable», précise-t-on auprès de la FMC.  Côté écosystème, les opérateurs s’accordent sur le fait que la méthodologie de ces groupements économiques doit être dressée par la tutelle. Les écosystèmes rassemblent, rappelons-le, les maillons de la chaîne de valeur d’une industrie, (ciment, matériaux de construction, BTP et promoteurs immobiliers en l’occurrence) appelés à permettre l’intégration, de démultiplier l’investissement ou encore de monter en valeur dans les filières. Tout l’intérêt consiste à mettre en place un écosystème qui contrôlerait la chaîne de valeur depuis l’extraction du matériau dans la carrière jusqu’à la livraison d’un logement clés en main. «2015 aura été un exercice de stabilisation et de réflexion. Tous les secteurs concernés ont déployé des efforts pour assainir leurs activités et des décisions drastiques ont été prises pour éviter la catastrophe», soutient Tolédano.              

A. At

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc