Entreprises

Afma réussit son entrée en Bourse

Par L'Economiste | Edition N°:4669 Le 16/12/2015 | Partager
1,26 milliard de DH souscrit
Le titre grimpe de 5% pour sa première cotation

Karim Hajji, directeur général de la Bourse des valeurs de Casablanca, et Farid Bensaid, PDG d’Afma, lors de la cérémonie d’ouverture du titre Afma en Bourse (Ph. BVC)

L’entrée d’Afma en Bourse a été couronnée de succès. Lancée le 30 novembre dernier, l’opération a été souscrite 7 fois (cf. L’Economiste Édition N° 4663). L’OPV a porté sur la cession de 250.000 actions au prix unitaire de 720 DH. Le nombre de titres sollicités dépasse les 1.760.972, soit un taux de satisfaction de 14,20%. L’engouement a été particulièrement notable du côté des institutionnels et des personnes physiques. Le montant global souscrit s’élève à 1,26 milliard de DH. Ces fonds levés serviront à financer les projets de croissance d’Afma, et à développer le secteur de la restauration rapide (Quick) et les activités e-commerce de la holding Tenor. «L’introduction en Bourse n’est que le début du processus de développement d’Afma», souligne Farid Bensaid, PDG d’Afma, avant de procéder au  rituel de la sonnerie de cloche pour marquer le lancement effectif de la première cotation du titre. Une opération plutôt bien accueillie par le marché. Pour sa première en Bourse, le titre s’est envolé de 5% à 756 DH. Côté au niveau du compartiment «développement», le courtier sera la 5e société cotée dans le secteur Assurances.
Suite à cette introduction, le groupe Ténor détient toujours le contrôle exclusif sur sa filiale à hauteur de 54,97%. La cession de 20% des parts au profit des investisseurs institutionnels (CIMR et Fipar Holding (filiale de la CDG)), est prévue «dans un délai compris entre deux et trois jours après la première cotation», selon la note d’information émise par la Bourse. Cette opération se fera par le biais de deux cessions de blocs stratégiques au prix de 650 DH l’action, soit une décote de près de 10% par rapport au prix d’introduction du titre. Le flottant en Bourse s’affiche à 25% du capital. Le reliquat, soit 0,04%, correspond aux parts détenues par Farid Bensaid.
Par catégorie de souscripteur, la plus grosse demande a été enregistrée par des fonds de placements de type OPCVM actions (555.578 titres), suivi par les personnes physiques marocaines résidentes (425.468 actions). Les deux catégories cumulent à elles seules plus 90,64% de l’ensemble des souscriptions. Les analystes du Crédit du Maroc Capital tablent sur un prix moyen pondéré de 824 DH l’action, sur les premières séances de cotation. La valeur présente un rendement de dividende prévisionnel de 7,5% en 2015 et de 8,4% en 2016.
Pour assurer ce succès, le courtier a mis toutes les chances de son côté dans les semaines précédant l’opération. Sur les deux dernières années, ses primes nettes globales (vie et non vie) émises ont enregistré en moyenne une croissance de 10% contre 5% pour le marché. Sur le segment d’assurance non-vie, qui représente près de 88% de l’activité du groupe, la croissance des primes nettes émises par le courtier entre 2012 et 2014 se place à 9%, devançant celle du marché, qui ressort à 5%.
A.I.L.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc