×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Marché obligataire: La ruée des entreprises

Par L'Economiste | Edition N°:4428 Le 25/12/2014 | Partager
10,7 milliards de DH émis en 2014 y compris l’opération du CIH
Stabilité des taux, voire baisse en cas de révision du coût de l’argent par Bank Al-Maghrib en 2015
Trois primo-émetteurs enregistrés sur le marché cette année

Les entreprises ont accéléré les levées depuis juillet pour profiter des conditions de financement attractives. La rémunération des bons du Trésor qui servent de référence au calcul des taux d’intérêts des émissions a fortement baissé. Les conditions de financement sur le marché demeureront intéressantes en 2015, anticipent les analystes

Le pic de 2010 n’a pas été atteint mais ce n’est que partie remise. Les emprunts obligataires autorisés par le gendarme de la Bourse en 2014 totalisent un volume de 9,7 milliards de DH (10,7 milliards de DH en ajoutant l’opération du CIH) contre 11,4 milliards de DH en 2010, qui est jusqu’ici l’exercice le plus prolifique. Il reste que l’appétit des entreprises pour la dette obligataire depuis le début de l’été pourrait être aussi fort en 2015. Entre juillet et décembre, le CDVM a validé 10 programmes pour un montant global de plus de 8,8 milliards de DH. Les conditions de financement particulièrement attractives ont attiré beaucoup d’entreprises vers cette source. Les rémunérations des bons du Trésor qui servent de référence au calcul du taux d’intérêt des émissions obligataires ont fortement décroché depuis le début de l’année. La baisse atteint deux points de pourcentage sur certaines maturités, autrement dit, une aubaine. En 2015, «l’on va assister à une consolidation de la baisse», anticipent les professionnels du marché. L’évolution de l’environnement économique va également conditionner la direction des taux. L’amélioration des finances de l’Etat (grâce notamment à la décompensation totale du gasoil et l’impact de la baisse du cours du pétrole) va réduire les levées du Trésor sur le marché. Dans le même temps, si l’inflation flirte toujours à des niveaux très bas, la Banque centrale pourrait être amenée à réviser son taux directeur après deux baisses en septembre et décembre. Cette éventualité va encore tirer les taux obligataires vers le bas.
Pour l’heure, les banques notamment ont profité des taux de sortie attractifs pour renforcer leurs fonds propres. Attijariwafa bank (1,2 milliard de DH), BMCE Bank et BCP (1 milliard de DH chacune) sont intervenues sur le marché. Les investisseurs ont encore la possibilité de participer à l’opération du CIH. Les souscriptions s’étalent du 26 au 30 décembre avec la possibilité d’une clôture anticipée le 29 décembre. Avec la baisse du taux directeur et les incitations de Bank Al-Maghrib à soutenir davantage la reprise économique, les banques auront besoin de plus de fonds propres pour financer le crédit.
En dehors des banques, les groupes immobiliers Addoha et CGI ont mobilisé 3,5 milliards de DH. Pour les deux sociétés, l’opération visait essentiellement au reprofilage de leur dette.
Par ailleurs, le marché a enregistré l’entrée de trois primo-émetteurs. Le groupe avicole Zalagh Holding a emprunté 350 millions de DH et Jet Alu 300 millions de DH. Axa Crédit a de son côté levé 60 millions de DH. L’opération était réservée à sa maison mère Axa Assurance Maroc et à CIMR Iddikhar. En dépit de ces nouvelles entrées, le nombre d’entreprises qui intervient sur le marché obligataire reste très faible.
F. Fa

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc