×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Société

    Ahmed Lasky
    Un technocrate doublé d’un fin politique

    Par L'Economiste | Edition N°:4410 Le 01/12/2014 | Partager
    L’un des 1ers Marocains lauréats de Ponts & Chaussées
    Ancien PDG de RAM, plusieurs fois ministre et député

    Pour ceux qui l’ont côtoyé, Lasky était un commis d’Etat qui avait le sens de gérer les situations complexes

    Grand commis d’Etat, technocrate, fin politique... Le parcours d’Ahmed Lasky est riche en enseignements. Décédé il y a 10 ans à l’âge de 73 ans, cet ex-ministre (sous Hassan II) des Travaux publics, de l'Agriculture et de l’Enseignement supérieur, ex-député et ex-président de la commune de Sidi Belyout, PDG de RAM pendant plus de 10 ans… mérite que l’on s’arrête sur sa carrière qui a marqué l’administration post-Indépendance. Ce technocrate  natif de l’ancienne médina de Casablanca, issu d’une famille modeste dont le père était un simple boulanger (chez les Pains Gauthier), est l’un des premiers étudiants marocains à avoir décroché un diplôme de l’école parisienne des Ponts & Chaussées (1re promotion en 1959).  Aussitôt, il est rentré au pays pour occuper différents postes de responsabilité dans les Travaux publics avant de se voir confier la direction du port de Casablanca en 1963. «C’était un événement à l’époque, car il s’agit là du premier cadre marocain à diriger le port de la capitale économique, en remplacement de Français», témoigne non sans fierté son fils, Karim Lasky. Deux ans plus tard, il est nommé ministre des Travaux publics et des Communications dans un pays qui a enclenché un vaste chantier de grands travaux. Poste qu’il occupe jusqu’en 1967, date de sa nomination en tant que PDG de RAM (1967-1978). Le lancement et la structuration de la compagnie, RAM les doit à l’ère Lasky. Une période sensible marquée par deux putschs ratés (1971 et 1972). D’ailleurs, Lasky était parmi les invités de l’anniversaire de Hassan II à Skhirate en 1971. Un an plus tard, en tant que patron de RAM, il fait le déplacement à Paris pour ramener Hassan II d’un voyage officiel. Sauf qu’au retour, le Boeing a été attaqué par des F5 du général Oufkir (attentat de 1972). «Nous avions été très angoissés à ce moment-là, car des radios étrangères donnaient pour morts les passagers de cet avion», confie le fils. Juste après l’attentat de Skhirate, Lasky est nommé ministre de l’Agriculture et de la Réforme agraire, tout en gardant sa casquette de patron de RAM. Pour rappel, juste après l’attentat de Skhirate, rares sont ceux qui voulaient être ministres. Tellement c’était risqué à l’époque. En 1977, le technocrate se lance dans une carrière politique. Il quitte la RAM pour participer aux élections. C’est dans ce contexte précis qu’il co-fonde le RNI avec Ahmed Osman. La même année, il a été élu député de Casablanca où il a aussi assuré la présidence de la commune de Sidi Belyout.  Dans les années 80, Lasky était 1er vice-président du Parlement sous Dey Ould Sidi Baba. Autre fait marquant, la débâcle de l’équipe nationale du football en 1979 contre l’équipe d’Algérie (5-0). Juste après, très furieux, Hassan II dissout la Fédération de football et nomme Lasky en tant que directeur de transition de l’équipe nationale. Pour ceux qui l’ont côtoyé, ce commis d’Etat avait non seulement une forte personnalité, de l’humilité et du charisme mais aussi le sens de gérer les situations complexes. D’après son entourage, «il croyait très fortement en la monarchie constitutionnelle».
    A. R.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc