×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Casablanca: Le Grand Théâtre livré en 2017

    Par L'Economiste | Edition N°:4382 Le 20/10/2014 | Partager
    La vocation culturelle de la métropole renforcée
    Réaménagement des places avoisinantes
    Deux parkings souterrains d’une capacité de 900 places

    Maquette de ce que sera le grand théâtre, dont le coût s’élève à 1,5 milliard de DH
     

    Les contours du plan de développement de la région du Grand-Casablanca (2015-2020) se précisent. Cette fois-ci, c’est le volet culturel qui est mis en avant. Le Souverain a en effet donné le coup d’envoi jeudi 16 octobre aux travaux de construction du Grand Théâtre de Casablanca (CasArts).
    Outre sa vocation économique, Casablanca ambitionne de devenir aussi une capitale culturelle. Depuis la démolition de l’ancien théâtre dans les années 80, un vide s’est fait ressentir dans la métropole, qui manquait cruellement de lieux à forte charge culturelle. 
    Conçu pour être un lieu de rencontre de référence pour l’art et la culture et une icône architecturale et urbaine pour la ville de Casablanca, ce méga espace culturel  s’érigera comme un symbole du renouveau culturel et artistique de la capitale économique. Il vise à améliorer l’accès de la population aux structures d’animation culturelle et artistique.
    «Le Grand Théâtre constitue un élément fondamental et structurant pour la vision liée à la place que doit avoir la culture dans le développement de nos villes», affirme Mustapha Mellouk, Président de l’Association « Carrières Centrales» et président du groupe de travail «Casablanca, lieu de vie», dans le cadre du think-tank mis en place par le wali de la métropole. 
    Ce projet, dont le coût global s’élève à 1,5 milliard de DH, s’achèvera dans un délai de 3 ans. La fin des travaux est prévue en septembre 2017, est-t-il indiqué auprès de Casa-Aménagement, maître d’ouvrage délégué.
    CasArts, qui sera réalisé par les architectes Rachid Andaloussi et Christian Portzamparc, est financé par le budget général de l’Etat (280 millions de DH), la direction générale des collectivités locales relevant du ministère de l’Intérieur (480 millions de DH), le Fonds Hassan II pour le développement économique et social (400 millions de DH), la région du Grand Casablanca (100 millions de DH) et la Commune urbaine de Casablanca (180 millions de DH).
    Le Grand Théâtre s’étalera sur une superficie de 37.000 m2 Shob (surface hors œuvre brute) et 18.400 m2 Shon (surface hors œuvre nette). Il comprendra une salle de spectacles de 1.800 places, une salle de théâtre de 600 places, un village pour les artistes et les techniciens, une place de concerts en plein air pouvant accueillir jusqu’à 35.000 personnes, deux parkings souterrains et toutes les dépendances requises pour ce type d’édifice.
    A ce jour, 11 marchés relatifs aux travaux sont déjà attribués. C’est le groupement TGCC- Inter Tridim qui a décroché en décembre 2013 le marché des «gros oeuvres, charpente métallique, étanchéité, prestations de finition spécifiques» (cf.édition du 11 décembre 2013). Il s’agit d’un contrat d’une valeur de 300 millions de DH.
    «Les travaux de réaménagement de la place des Nations-Unis sont finalisés, en vue de réorganiser la circulation des bus dans la zone, en prévision de la fermeture de la rue Sahraoui», est-il assuré auprès de Casa-Aménagements.
    A signaler que les travaux ne concerneront pas uniquement le théâtre, mais aussi toute la zone avoisinante. Ce projet d’envergure prévoit également le réaménagement des grandes places «Rachidi» et «Mohammed V» qui abriteront, après travaux, deux parkings souterrains d’une capacité globale de 900 places.
    L’un sera situé à la place Rachidi et l’autre sous la fontaine (place Mohammed V, communément appelée place des pigeons), qui sera démolie et remplacée par une structure plus moderne.
    Ce projet avait suscité, rappelons-le, une levée de bouclier de plusieurs associations qui s’insurgeaient contre cette démolition, en brandissant le slogan: «Touche pas à ma fontaine ». 
    Aziza EL AFFAS

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc