×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique

    La Chambre des représentants renforce son staff

    Par L'Economiste | Edition N°:4283 Le 26/05/2014 | Partager
    L’administration accueille trois nouvelles directions
    Les groupes désormais appuyés par des directeurs et chefs de service
    L’objectif est d’optimiser l’action parlementaire

    L’ACTION parlementaire a souvent fait l’objet de vives critiques. Certains la qualifient de surenchères politiques et reprochent aux parlementaires de servir leurs propres intérêts.
    Aujourd’hui, la Chambre des représentants veut professionnaliser son action. Son bureau vient d’adopter un nouvel organigramme, destiné à améliorer le rendement des députés. Il s’agit de doter les groupes parlementaires de directeurs et de chefs de service, à raison d’un chef de service pour chaque 20 députés. L’installation de ce nouveau dispositif devra démarrer en juillet prochain. A titre d’exemple, le groupe du PJD qui dispose de 105 sièges aura donc droit à 5 chefs de service. Les fonctionnaires de la première Chambre jouent des coudes pour occuper ces postes de responsabilité. Certains voient déjà du mauvais œil le parachutage de personnes de l’extérieur de la «famille». 
    Parallèlement, la Chambre des représentants étoffera le staff de son administration. Aujourd’hui, elle ne dispose que d’une seule direction chargée de la législation et du contrôle parlementaire. Mais le secrétaire général de la Chambre sera bientôt appuyé par trois nouvelles directions. La première sera chargée de la gestion des ressources humaines mises au service des députés. L’objectif est d’optimiser leur déploiement en vue d’une meilleure efficience. L’idée est également de couper la route à certaines pratiques malsaines liées notamment aux recrutements basés sur des intérêts particuliers, partisans ou corporatistes.  
    La deuxième direction devra piloter la gestion financière de la Chambre. Concrètement, ces deux structures figurent dans l’organigramme depuis mars 2007. Mais elles n’ont jamais été mises en place. Quant à la troisième direction, elle sera chargée du volet communication de la Chambre des représentants. L’objectif est d’assurer une plus grande ouverture sur les citoyens et les ONG. Pour accélérer la cadence, une commission a été mise en place pour définir les critères de sélection des responsables de ces nouvelles directions.
    A noter que la Chambre des conseillers s’apprête également à renforcer son organigramme en créant de nouvelles directions.

    Les députés en langage des signes!

    EN plus de la création d’une direction de communication, la Chambre des représentants a également innové pour vulgariser l’action parlementaire. Elle a opté notamment pour la retransmission des séances hebdomadaires à la télévision en langage des signes. L’opération a été lancée mardi dernier, mais elle a démarré dans de mauvaises conditions. En cause, l’accrochage entre Mohamed Louafa, ministre des Affaires générales et de la Gouvernance, et Yassine Radi de l’UC et certains députés de l’Istiqlal. L’interprète, ne pouvant plus traduire en langage des signes l’insulte prononcée par Louafa, s’est tout bonnement éclipsé.

     

    Hajar BENEZHA

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc