×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Régions

    Fès opte pour la collecte sélective des déchets

    Par L'Economiste | Edition N°:4275 Le 14/05/2014 | Partager
    Papier, verre, plastique et déchets organiques… seront triés et valorisés
    Ozone, le délégataire, y investit 20 millions de DH

    Pour ses deux ans d’activité à Fès, le délégataire du ramassage des ordures Ozone inaugure une nouvelle approche axée sur le tri sélectif des déchets. L’entreprise investira 20 millions de DH dans ce nouveau système

    Ozone souffle sa deuxième bougie à Fès. Le délégataire du ramassage des ordures célébrera cet anniversaire avec le lancement d’une nouvelle approche axée sur le tri. L’entreprise, riche de son expérience dans quelque 27 villes du Royaume, investira 20 millions de DH dans ce nouveau système. «En intégrant le tri dans la gestion déléguée des déchets, le ramassage génère beaucoup de profits. Outre le fait qu’il facilite l’opération de collecte et de traitement, le tri permet à la société délégataire de revendre les matières recyclables», indique Aziz El Badraoui, président directeur général d’Ozone Environnement et Services.
    En effet, une tonne de carton rapporte en général quelque 700 DH. Le plastique et le fer sont vendus respectivement à 3.000 et 2.000 DH la tonne. Notons qu’Ozone est le premier délégataire à mettre en place, en 2011, un système de collecte sélective des déchets ménagers au Maroc, notamment dans la ville de Benslimane.
    A Fès, l’usine du tri sera construite dans un délai de 5 mois. Dans les quartiers, les citoyens découvriront des bacs différents destinés à collecter séparément le papier et carton, les déchets organiques, le plastique et le verre. La sensibilisation des habitants reste primordiale. En fait, le tri à la maison permettra non seulement de générer des bénéfices supplémentaires, mais aussi de préserver les décharges. «Plus la quantité des déchets transférés est minime, plus la durée de vie du site est longue», souligne El Badraoui. Selon lui, «le tri des déchets est un enjeu important pour les futures générations qui devront tout de même surmonter plusieurs aléas». Les principes du développement durable préconisent l’application de la règle des trois «R», à savoir «réduire», «réutiliser» et «recycler».
    En matière de «recyclage», il suffit de trier les déchets ménagers pour récupérer des matières premières, dont certaines demeurent indéfiniment récupérables: verre, emballage plastique, carton, papier, métal… Les recycler permet de valoriser leur consommation et par la même protéger l’environnement contre les menaces de la pollution. La mission d’Ozone a pour principal objectif la conscientisation et la sensibilisation des citoyens, afin de promouvoir le tri des ordures ménagères à la source et d’impliquer, ainsi, chaque ménage à réduire la pollution environnementale, ceci en sachant que plus de 70% des déchets ménagers peuvent être recyclés à condition de les trier convenablement à la source. Il s’agit d’abord d’éliminer la pratique du chiffonnage dans les rues et apprendre à trier les déchets chez soi. «Nous allons intégrer dans l’usine du tri 70 chiffonniers dans le cadre d’un partenariat INDH avec la wilaya de Fès», révèle El Badraoui. C’est dire que le projet revêt aussi un caractère social. 
    Pour les valoriser, les déchets sont ensuite séparés par type. Selon leur nature, la part résiduelle des déchets non valorisables sera éliminée par des professionnels qualifiés dans des centres de traitement et de stockage adaptés. Aussi une seconde vie est-elle redonnée aux plastiques, métaux ferreux et non ferreux, ferraille, cuivre, bois… revendus à l’issue du tri. «Nous produisons une grande quantité de déchets. A l’échelle nationale, les Marocains produisent  plus de 20.000 tonnes de déchets ménagers par jour, dont 14.000 tonnes en milieu urbain. Trier ces déchets permet de sélectionner les déchets selon leur nature afin qu’ils puissent être dirigés vers une filière de traitement adéquat pour être recyclés», souligne le responsable d’Ozone. Selon lui, «le recyclage permet aussi d’économiser les ressources naturelles, réduire la mise en décharge, lutter contre la pollution des villes et campagnes, et contribuer à un développement plus durable pour les générations futures». En tout cas, le secteur des déchets est devenu une activité de plus en plus spécialisée. Fès lui consacre annuellement un budget de 130 millions de DH. «C’est parfois un devoir national et patriotique comme c’est le cas pour Rabat, où notre société ne cherche pas à réaliser des bénéfices, surtout que notre contrat est d’une durée de deux ans seulement alors que le matériel acquis ne peut être amorti qu’en 5 ou 7 ans», conclut El Badraoui.

    La recette du succès

    Depuis quelques années, Ozone se fraye un chemin dans la gestion déléguée de la propreté publique. Cette entreprise 100% marocaine, certifiée ISO 9.001, exerce depuis plus de 8 ans. Créée avec un effectif de 4 techniciens de surface, elle emploie aujourd’hui près de 3.200 salariés et plus de 500 engins. Actuellement, l’entreprise gère la collecte des déchets ménagers dans 27 villes, telles Fès, Rabat, Bouznika, Benslimane, Oualidia, Saïdia, Laâyoune, etc. «Nous sommes liés aux collectivités locales avec des contrats de longue durée (7 ans pour la majorité), nous sommes à l’écoute et nous mettons les moyens  qu’il faut pour réussir notre mission partout où nous opérons… et c’est notre recette du succès», explique El Badraoui. A Rabat, à titre d’exemple, son personnel (330 individus) organise 4 tournées quotidiennes  de collecte «pour que la capitale soit propre en permanence». Ils ont contribué de plus belle à faire de la plage de Bouznika l’une des plages les plus propres au niveau national, lui permettant d’obtenir le label «Pavillon bleu».

    De notre correspondant, Y.S.A

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc