×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Régions

    Fès: Grand-messe sur les productions bio

    Par L'Economiste | Edition N°:4271 Le 08/05/2014 | Partager
    Elle réunira des experts et des agriculteurs ce jeudi
    Objectif: mettre en valeur le potentiel économique de la filière

    «LES productions bio pour une agriculture durable». C’est autour de ce thème que se réunira ce jeudi une pléiade d’experts au siège de la Chambre régionale d’agriculture de Fès-Boulemane. Organisée par l’Association marocaine de la filière des productions biologiques (AMABIO), section Meknès-Tafilalet-Fès-Boulemane, en collaboration avec l’Ecole nationale d’agriculture de Meknès, cette rencontre dédiée aux producteurs et organisations professionnelles de la région s’articulera autour de plusieurs axes. Y figurent «la stratégie de développement de la filière biologique», «les potentialités de production biologique dans la région de Fès-Boulemane», «la certification biologique face aux réglementations nationale et internationale», et «l’organisme de contrôle et de certification». Le programme prévoit aussi la projection d’un film sur la production biologique.
    Pour ses organisateurs, cette journée de sensibilisation sera l’occasion de mettre en lumière l’agriculture biologique, comme système de production durable qui permet non seulement de produire des produits de haute qualité et sains, mais également de préserver les ressources naturelles et l’environnement. La biodiversité et la santé humaine et animale ne sont pas en reste. A noter que la production biologique est régie par un arsenal très strict de règlements fondés sur les principes de l’agriculture biologique. Par conséquent, elle est soumise obligatoirement à un système de contrôle et de certification par des organismes agréés. Par ailleurs, le bio présente des intérêts multiples, à savoir la contribution à la sécurité alimentaire, la protection de la santé du consommateur (résidus des pesticides, etc.), l’atténuation des impacts de nouveaux problèmes (changements climatiques), le renforcement de la sécurité hydrique (qualité de l’eau et son économie), la protection de l’environnement avec ses différentes composantes (air, eau, sol) et le renforcement de la qualité nutritionnelle (richesse des aliments biologiques en micronutriments), outre le soutien du développement rural (valorisation de la main-d’œuvre et du savoir-faire locaux).
    Ce secteur en forte croissance dans le monde représente 2 à 5% des marchés alimentaires des pays développés, notamment aux Etats-Unis, Allemagne et Royaume-Uni. Le Maroc, pour sa part, présente des potentialités énormes et des perspectives de développement encourageantes, mais pas encore exploitées. A elle seule, la région de Fès-Boulemane présente des potentialités importantes en arboriculture, céréales, légumineuses et maraîchage. Reste donc à les explorer. D’autant plus que la conversion au mode de production biologique est plus facile sachant que la biodiversité est très riche, les pratiques agricoles sont peu intensives (utilisation limitée d’engrais synthétiques et de pesticides), la terre et le climat sont  très favorables et le savoir-faire local des agriculteurs est grand. Toutefois, les superficies en productions biologiques restent encore très limitées au Maroc. Elles sont estimées à quelque 626.250 ha dont 1% cultivé. Le reste est dédié à des productions spontanées et des plantes aromatiques et médicinales.

    Volonté

    DE l’avis de la direction régionale de l’agriculture (DPA Fès), «la création de l’Amabio en 2010, et la publication, en 2013, de la loi sur la filière biologique  (loi 39.12) et tout récemment deux décrets d’application publiés ont donné un nouveau souffle à cette filière». Aussi, la signature du contrat-programme entre le gouvernement et l’Amabio montre la volonté du gouvernement pour le développement de cette filière importante pour l’agriculture marocaine.

    De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc