×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Les Rencontres économiques L’Afrique, trop belle la mariée?

Par L'Economiste | Edition N°:4253 Le 11/04/2014 | Partager
Des taux de croissance à faire des envieux •
Les activités extractives, principaux moteurs

LES convoitises suscitées par les perspectives de croissance de l’Afrique sont-elles démesurées? Pour en débattre, le

vide

Cercle des économistes français a organisé pour la première fois à Casablanca ses Rencontres économiques. Un événement auquel L’Economiste(1) était associé en tant que partenaire média. Saga Events, filiale de Saga Communication, a géré avec brio la partie logistique. L’Afrique recèle bien des opportunités d’affaires. Mais attention à l’excès d’euphorie. «Jusqu’au début des années 80, l’Afrique était considérée comme le wagon manquant dans le train de la globalisation», rappelle le Pr. André Cartapanis, membre du Cercle des économistes. Trop faible croissance, une bureaucratie pesante, grandes disparités entre la ville et la campagne, absence d’initiative privée, des problèmes de gouvernance et de corruption, le constat est implacable.
La démographie, qui a priori devrait être un «dividende», représente un boulet puisqu’il est aggravé par les carences du système éducatif et la faible création d’emplois. Ce qui représente une source d’instabilité. De plus, l’écart entre les villes et la campagne continue de se creuser. Les besoins en infrastructures routières, hospitalières, sociales sont énormes. Pourtant, dans ce tableau noirci, les opportunités d’affaires sont grandes. Mais il faut cibler les pays qui présentent le plus de garanties en termes de stabilité, de transparence et de compétitivité. Puis, il y a eu un incroyable mouvement nul pour le Mali», précise André Cartapanis, membre du Cercle des économistes. En cause, la croissance est essentiellement supportée par l’industrie extractive, principalement du pétrole, du gaz et autres phosphates. Or, bien que hautement capitalistique, cette activité génère des revenus certes, mais pas beaucoup d’emplois. Dans la majorité des cas, plus de 75% des exportations sont dominées par des produits bruts. Par conséquent, dans certains cas, 95% de la valeur ajoutée est réalisée dans les pays importateurs de ces produits. Le challenge est donc d’améliorer la valeur ajoutée pour attirer une plus grande plus-value. «Quand on observe la part de l’Afrique dans la production mondiale, en 1970, elle était de 2,75% alors qu’en Asie, elle est de 20%. En 2010, elle s’établissait à 2,73%. Quant aux exportations mondiales, elles étaient de 4,99% avant de passer à 3,32% contre 17% pour les pays d’Asie», signale Cartapanis. L’Afrique bénéficie d’un contexte favorable, mais le risque maintenant est de rester largement dépendant du cours des matières premières, qui peuvent toujours connaître une inflexion ou du moins une stabilisation. La «malédiction des ressources naturelles» ne doit pas être un handicap pour les pays d’Afrique puisque l’Asie de l’Est connaît un développement extraordinaire sans disposer de matières premières.

La fin d’un tabou

Momar Nguer, directeur marketing et distribution pour l’Afrique et le Moyen-Orient chez Total

CERTAINES multinationales avaient bravé les guerres qui déchiraient plusieurs pays africains et avaient choisi d’investir. «Auparavant, la plupart des entreprises n’osaient jamais communiquer sur leur engagement en Afrique. Par crainte de réaction des marchés, elles refusaient de révéler une surexposition dans un continent instable. A présent, une multinationale comme Total, dont l’Afrique a toujours représenté 30% du chiffre d’affaires, n’hésite plus à le dire», explique Momar Nguer, directeur marketing et distribution pour l’Afrique et le Moyen-Orient chez Total. Aujourd’hui, le continent n’est plus assimilé à l’enfant caché des familles. Le sujet n’est plus tabou car le continent ne constitue plus un «risque marché».

Hassan EL ARIF
(1) Jean-Hervé Lorenzi, président du Cercle des économistes, a vivement remercié L’Economiste pour son apport à la réussite de cette première édition et Saga Event pour son excellente organisation

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc