×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Rétrospective

    Rétrospective
    Des mesures anti-crise

    Par L'Economiste | Edition N°:4182 Le 30/12/2013 | Partager

    L'ANNÉE 2014 sera sans nul doute l’année de tous les espoirs. D’abord pour les PME. Avec la mise en place de dispositifs spéciaux pour l’octroi de crédits bancaires, le programme de Bank Al-Maghrib est assez dense pour l’année à venir. Il y aura le lancement du crédit pour les TPME le 1er janvier 2014 (initialement prévu pour juin 2013) ou encore la mise en place d’un observatoire dédié aux PME. Ces mécanismes accompagneront également le futur fonds de soutien pour le financement des entreprises de taille intermédiaire prévu pour mars 2014. En collaboration avec le GPBM, la CGEM et l’ANPME, l’institut d’émission prévoit de repartir sur les routes du Royaume à la rencontre des PME. Cette troisième édition de la caravane permettra d’évaluer les priorités des chefs d’entreprise et de s’assurer de la bonne transmission de la politique monétaire. Quant au projet de la loi bancaire, il est dans le processus de validation. BAM tient à ce que le projet soit finalisé avant novembre 2014.
    Du côté des assurances, la forte exposition des assureurs sur les actions incite le régulateur à opter pour une solvabilité basée sur le risque. Mais en attendant le texte réglementaire, la Direction des assurances et prévoyance sociale (DAPS) travaille sur les seuils d’intervention et leurs impacts sur les compagnies d’assurance. Des discussions avec les opérateurs devraient se tenir au cours du premier trimestre 2014.
    Pour ce qui est de Casablanca Finance City (CFC), le projet devrait gagner davantage en visibilité à l’international. La place financière casablancaise va entrer dans les radars des investisseurs étrangers. CFC devrait, en effet, intégrer, au cours du premier trimestre 2014, le prestigieux indice des centres financiers dans le monde (GFCI). CFC sera ainsi évalué sur sa compétitivité face au minimum à 80 centres financiers. A cela pourrait s’ajouter la signature de plusieurs conventions notamment pour l’amélioration de la connectivité.
    Les projets liés à CFC sont également en progression. A l’image du promoteur de la place financière, Moroccan Financial Board (MFB) qui a activé cette année le volet formation de l’accord signé avec City UK. Il va déboucher sur la prochaine mise en place d’un système d’accréditation aux métiers de la finance par l’autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC).
    Par ailleurs, la réforme de la Bourse qui a été initiée en 2012 pour développer les marchés des capitaux marocains et leur alignement sur les standards internationaux devrait voir le jour. D’abord avec la mise en application du prêt emprunt de titre. Elle serait suivi du texte instaurant le marché à terme ainsi que la création d’un compartiment pour les PME et pour les cotations en devises. Deux autres textes charnières sont également au programme: le premier relatif à l’appel public à l’épargne et le second sur l’ouverture du capital de la Bourse.


    A. Lo

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc