×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Sidérurgie
La ferraille plombe le coût de production

Par L'Economiste | Edition N°:4181 Le 27/12/2013 | Partager
Elle représente 65% des charges
La distribution érode les marges des industriels

Les matières premières représentent une part prépondérante du coût de revient dans la sidérurgie en particulier pour les produits longs

Les importations massives sont incontestablement l’une des principales causes des difficultés actuelles de l’industrie sidérurgique. A fin novembre, les importations de fils, barres et profilés en fer ou en acier non alliés ont connu une hausse de 42,5%. Cependant, d’autres facteurs liés au processus même de fabrication ne sont pas à négliger. La production sidérurgique s’effectue en trois étapes : la filière électrique, la coulée continue et le laminage. La ferraille est la matière première par excellence de toute l’activité. Elle constitue 65% du coût de revient du rond à béton produit au Maroc. Ces dernières années ont connu, au niveau international et national, un véritable renchérissement de la ferraille. Cela a obligé les industriels à répercuter la hausse sur leur prix de vente pour préserver des marges viables. Une étude du ministère du Commerce extérieur attribue l’augmentation du coût total de production observée au premier semestre 2012 à la hausse du prix de la ferraille. Pis encore, l’offre disponible ne dépasse  0,6 million de tonnes par an, un niveau bien inférieur aux besoins des industriels. La demande réelle est estimée à 1,5 million de tonnes par an. Le marché de la ferraille souffre également d’une véritable déstructuration qui conduit à une irrationalité des prix et à une déperdition. Justement, la tutelle a prévu des mesures de restructuration du secteur. La plus importante porte sur une véritable intégration en amont de la collecte et du traitement de la ferraille via la création d’une centrale d’achat. Le secteur devra également revoir les modalités avec les différents ports nationaux de transit de ferraille (conditions de passage, délai de déchargement…).
Par ailleurs, l’étude d’Attijari Intermédiation sur le marché de la sidérurgie a également relevé les limites du mode de distribution. Il en ressort que  le segment de la distribution d’acier demeure peu structuré. Cette situation a conduit à une relation malsaine entre industriels et distributeurs. Ces derniers exercent une forte pression sur les prix d’achat à la sortie de l’usine pour le rond à béton. Les experts estiment que «l’augmentation du pouvoir de négociation des distributeurs a contribué à l’accélération de l’effritement des marges et des parts de marché». Ainsi, le mode de distribution devra subir une véritable refonte.


IL. B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc