×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Shell, Vitol et Helios
    Les premiers fruits de l’union

    Par L'Economiste | Edition N°:4173 Le 17/12/2013 | Partager
    Le groupe Vivo Energy ouvre un hub à Casablanca
    250 millions de dollars à investir d’ici à 2016

    DEUX ans après leur prise de contrôle du capital de Shell, le trader suisse, Vitol, et le fonds d’investissement, Helios, ont tenu promesse. Celle d’investir beaucoup d’argent dans cette joint-venture née de ce ménage à trois, Vivo Energy, dans lequel Shell a conservé une part minoritaire de 20%. Le reste du capital est détenu à parts égales par les deux entrants, soit 40% chacun.
    En révélant, en exclusivité à L’Economiste, le montant de 250 millions de dollars à investir d’ici à 2016, dans 16 pays du continent où le groupe est présent, Mohamed Raihani, DG de Vivo Energy Maroc, a laissé entendre que «la filiale marocaine, de loin la plus importante de toutes en termes de taille, devrait tirer meilleur profit de ce montant d’investissement». D’autant plus que le clin d’œil à Mohamed Raihani de Ian Taylor, PDG de Vitol, avant même la finalisation de la transaction, ouvrant le capital de Shell à ses nouveaux actionnaires, renseigne encore plus sur l’intérêt pour le marché marocain. «Morocco will maked it or breaked it», avait-il lancé. En gros, selon Taylor, du succès du Maroc dépendra la réussite des autres marchés du continent où Vivo Energy est présent. A en croire Raihani, les choses semblent se dérouler comme prévu. Pour l’heure, «les actionnaires sont très contents de leur investissement et ils continuent à faire confiance au marché marocain», relève le PDG de la filiale locale du groupe.
    En deux ans, Vivo Energy Maroc a renforcé son réseau de points de vente avec l’ouverture de 12 nouvelles stations-service et la remise à niveau de 13 autres. Les montants investis ont permis de recruter une soixantaine de salariés et de créer plus de 500 emplois indirects dont essentiellement des jeunes dans les régions accueillant ces nouvelles stations.
    Au-delà des chiffres et des performances financières de l’entreprise, ce qui réjouit le plus le management, c’est toute la valeur ajoutée sur tous les plans au Maroc grâce aux différentes actions du groupe. Ce qui, selon Raihani, «n’est certes pas tangible et chiffrable mais a un réel impact». C’est le cas de toutes les actions citoyennes auxquelles l’entreprise prend part ou encore en convaincant les actionnaires du groupe de faire de Casablanca son nouveau hub pour l’Afrique. Un projet «qui va ouvrir de nouvelles perspectives à l’échelle continentale pour le Royaume sur le marché de distribution de produits pétroliers», se réjouit le DG. De plus, l’installation d’une cinquantaine de cadres, venus de différents pays du continent, pour animer ce hub, va à coup sûr «renforcer le positionnement du Maroc» et tirer vers le haut le management de Vivo Energy Maroc formé de 100% de cadres marocains…
    Mohamed Raihani, DG de Vivo Energy Maroc, ne le dit pas, mais le pense très sérieusement. Cette étape stratégique de l’entreprise est déjà un pari gagné.

    Au-delà des chiffres

    LE management de Vivo Energy Maroc n’aime pas trop parler chiffres, mais «des actions ayant une valeur ajoutée pour la communauté». C’est  ainsi que l’accent est mis plus sur sa stratégie de la responsabilité sociétale de l’entreprise (RSE) et le dispositif hygiène-sécurité-environnement (HSE) que sur ses performances financières. Pourtant son chiffre d’affaires a atteint 11,27 milliards de DH en 2012. Ce qui place l’entreprise au 7e rang dans le classement des 500 plus grandes entreprises marocaines, réalisé par le groupe Economie & Entreprise et  Kompass, et au deuxième au secteur des hydrocarbures derrière Afriquia SMDC. Vivo Energy Maroc, c’est également 680 salariés et plus de 5.000 contractuels à travers 1.400 entreprises.

    B. T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc