×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Préservation de l’arganier
    300 scientifiques s’y penchent

    Par L'Economiste | Edition N°:4172 Le 16/12/2013 | Partager
    Grossemobilisation à Agadir pour prévenir des dangers et pression sur la ressource
    L’arganeraie devrait être une priorité dans les programmes de recherche
    Mettre en commun les expériences des pays et réaliser un contrat-programme pour la filière

    Pour le programme de réhabilitation de l’arganeraie, il est recommandé de capitaliser les résultats obtenus pour préciser la biodiversité et l’intégrer dans les programmes de développement

    UNE mobilisation à la hauteur de l’enjeu. C’est le constat fait lors de la deuxième édition du Congrès international de l’arganier organisé à Agadir. Plus de 300 chercheurs et professionnels, marocains et étrangers, ont débattu trois jours durant pour partager et échanger des connaissances techniques et scientifiques relatives au fonctionnement et à la gestion de l’écosystème ainsi qu’à la production et à la valorisation de l’arganier.
    L’optique étant de capitaliser les résultats de recherche au niveau national et international et de contribuer à la mise en œuvre du contrat-programme de la filière d’arganier sur des bases scientifiques solides. Il faut préciser que les présentations faites lors de ce séminaire ont mis en exergue une richesse dans la production scientifique. En effet, l’engagement est considérable de la part des chercheurs et prouvé par la qualité et la quantité des travaux qui répondent aux besoins de développement de l’écosystème arganier. Les travaux du séminaire ont d’ailleurs porté sur quatre grands axes. «Structure et fonctionnement de l’écosystème arganeraie», «Techniques d’agroforesterie, de biotechnologie et d’amélioration génétique de l’arganier», «Valorisations commercialisation des produits de l’arganeraie» et enfin, «Changements sociaux et aspects juridiques dans la nouvelle dynamique du système arganeraie».
    Parmi les recommandations transversales qui ont découlé de cette rencontre scientifique bisannuelle, le renforcement de  la coordination et la collaboration entre les unités de recherche en intégrant les usagers et le savoir-faire local dans l’élaboration et la mise en œuvre des programmes de recherche scientifique et technique. Il s’agit de même  de renforcer la collaboration verticale entre les acteurs chercheurs et les usagers en considérant la pression exercée sur l’arganeraie comme une priorité dans les programmes de recherche. Il est de plus important de veiller à la communication autour des résultats de recherche sur l’arganier pour en assurer le partage et la vulgarisation. Il a aussi été jugé urgent de renforcer la recherche sur les  sciences sociales afin de mieux comprendre le fonctionnement de l’espace arganeraie dans toutes ses dimensions, d’identifier les contraintes et de  proposer des alternatives durables. L’accompagnement de la dynamique de recherche et l’innovation en matière de valorisation par la création de start-up et d’incubateurs ainsi que la promotion de la R&D sur les analyses économiques, notamment, celles relatives aux coûts bénéfices, les services environnementaux, l’économie verte sont les autres recommandations énoncées. Pour rappel, la deuxième édition du Congrès international de l’arganier a connu la participation de chercheurs et professionnels de différents pays dont le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, le Koweit, la France, la Norvège et l’Allemagne. Cette rencontre scientifique bisannuelle, qui s’est déroulée du 9 au 11 décembre 2013, est organisée par l’Agence nationale pour le développement des zones oasiennes et de l’arganier (Andzoa) en partenariat avec le ministère de l’Agriculture et de la pêche maritime, le Haut-commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification et l’Institut national de recherche agronomique.

    Remise de prix

    EN plus des tables-rondes et des visites de terrain, la deuxième édition du Congrès international de l’arganier a été l’occasion de décerner des prix aux meilleurs travaux de recherche sur l’arganier et l’arganeraie. L’objectif des organisateurs étant de promouvoir et de développer une recherche d’excellence par les jeunes chercheurs. Le jury composé de membres du comité scientifique a ainsi attribué des prix aux trois meilleures recherches.

    Fatiha NAKHLI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc