×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Entreprises

    Matériaux de construction
    Sadet accélère sa croissance organique

    Par L'Economiste | Edition N°:4167 Le 09/12/2013 | Partager
    La société inaugure une nouvelle usine à Tanger
    263 millions de dirhams investis sur le site
    La capacité de production est de 800 tonnes de béton par jour

    Sadet vient d’inaugurer sa toute nouvelle unité industrielle à Tanger. L’usine où la société a investi 263 millions de

    L’estampillage CE permettra à la Sadet d’exporter vers les marchés de l’Union européenne

    dirhams va fabriquer des poutrelles, poutres et hourdis ainsi que d’autres éléments pour la construction. 120 emplois ont été créés, «en donnant la priorité aux jeunes de la région». L’unité s’étend sur 13 hectares dont 9 aménagés. La superficie construite est de 20.000 mètres carrés avec de grandes aires de stockage de matières premières et de produits finis.  La capacité de production quotidienne est de 800 tonnes de béton pour les différents produits, soit l’équivalent de 2% de l’ensemble du ciment consommé dans la région.
    Chaque jour, ce sont 600 tonnes de matières diverses, essentiellement du sable, qui sont acheminées, ce qui correspond à environ un camion toutes les vingt minutes. Car l’une des nouveautés de cette usine, c’est celui d’avoir été conçue dès le départ pour fabriquer de grandes séries, comme le précise Robert Augier, conseiller technique de Sadet. «Il s’agit de passer à une cadence industrielle pour gagner en compétitivité, mais aussi en qualité et en traçabilité», ajoute-t-il. En effet, l’industrialisation permet de mettre en place des process industriels permettant d’améliorer la qualité par le suivi et la traçabilité des produits, ce qui a permis à Sadet de faire appel au Centre scientifique et technique du bâtiment de France (CSTB) pour certifier ses produits. Ces derniers sont dorénavant estampillés du label qualité «CE» leur ouvrant la voie de l’export vers l’Europe à moyen terme. Dans l’immédiat, ce label permet à Sadet de faciliter pour le promoteur l’offre de la garantie décennale, explique Abdullah Abaakil, directeur général.
    En effet, la certification impose une traçabilité permettant d’identifier chaque élément fabriqué dans l’usine même les poutrelles, insiste Abaakil. Le site de Tanger a pour vocation de suivre le développement du secteur de la construction dans la région et même au-delà. «La zone offre de grandes possibilités qui sont dopées par les perspectives offertes par

    vide

    le projet Tanger Métropole et surtout par le complexe portuaire TangerMed», insiste encore Abaakil. Face au climat de marasme dans le secteur de l’immobilier, Sadet reste imperturbable. «Un investissement de cette taille se décide sur la base d’éléments non conjoncturels, mais bien plus profonds», explique le directeur général de Sadet. C’est le cas du développement démographique et du besoin en matière de logement qui ne cesse et ne cessera pas, selon Sadet. D’un autre côté, la région de Tanger a l’avantage d’avoir aussi des besoins en matière de construction industrielle, un domaine ou Sadet assure avoir son mot à dire. L’usine de Tanger a de la sorte été conçue en tant que show-room géant. En effet, cette dernière a été intégralement construite avec des éléments fabriqués par Sadet, poutrelles, poutres, hourdis et autres, une façon pour cette entreprise de démontrer son savoir-faire en la matière.

    Les blocages administratifs

    Pour Azzeddine Abaakil, PDG du groupe Sadet, le projet de l’unité tangéroise a été une réelle aventure bureaucratique. Si l’idée de s’installer dans la région avait été bien accueillie apar le gouvernement et la wilaya, les blocages n’ont pas manqué face au projet qui accusera des retards, surtout lors du traitement du dossier à la Conservation foncière. Cette dernière avait refusé de valider le dossier de requalification des terrains agricoles sur lesquels est construite l’usine. «Ce n’est qu’après avoir trouvé un précédent que nous avions pu débloquer la situation», explique le président de Sadet. Ce qui s’est traduit par la durée exceptionnelle de réalisation du projet, l’achat du terrain ayant été bouclé en 2009. Un autre projet similaire sera lancé à Agadir en 2015.

    A. A.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc