×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Analyse

Plan Rawaj: La restructuration de Derb Omar en stand by

Par L'Economiste | Edition N°:4163 Le 03/12/2013 | Partager
Le deuxième volet de l’étude sur la requalification livré
Aucune ressource budgétaire n’est prévue pour ce projet

LE projet de restructuration du quartier commercial de Derb Omar, à Casablanca, est au point mort. Le plan d’urgence

Le quartier Derb Omar à Casablanca est devenu une source de nuisance pour les riverains mais aussi pour la circulation. Au total, l’on estime à 700 le nombre de véhicules de transport (tous gabarits confondus) qui transitent chaque jour par le site

du nouveau wali pour Casablanca n’en fait pas état.

L’étude qui avait été lancée en 2010 a bien été livrée par le consultant. Elle s’articule autour du diagnostic de la situation et de trois scénarios de restructuration. L’étude a coûté 1,8 million de dirhams, financée à partir du fonds Rawaj. Celui-ci est doté de 900 millions de dirhams destinés à financer différents projets de mise à niveau du  commerce de proximité. Mais faute de budget, la requalification du site n’a toujours pas démarré.
Initialement, tout ce processus devait être achevé au plus tard en 2013 car il est devenu urgent de décongestionner le centre-ville. Le lobby des commerçants, dont le point fort n’est pas la transparence, serait-il plus fort que celui des transporteurs, qui avaient été délogés du quartier Benjdia?
Selon une source proche du dossier, «les commerçants sont conscients des désagréments causés par la nuée de camions
qui bouchonnent au niveau du quartier Derb Omar et les rues avoisinantes, mais ils réclament la mobilisation d’un foncier pour construire leurs dépôts et accueillir les camions». Une telle revendication revient à renvoyer le projet aux calendes grecques.
Le gouvernement est en train de construire un parc logistique à Zenata à coup de millions de dirhams et qui pourrait bien accueillir les activités commerciales.
C’est l’occasion de placer ces entrepôts qui risquent de ne pas trouver preneur.
De sources internes au ministère de l’Industrie et du Commerce, le fonds Rawaj devrait être débloqué en janvier 2014. Mais rien n’indique que le projet soit à l’ordre du jour.
Selon le diagnostic effectué par le cabinet d’études EMC, Derb Omar s’étale sur une superficie globale de 500.000 m2 et compte plus de 2.000 commerces. Les surfaces de vente et de stockage sont respectivement estimées à 95.000 et 60.000 m2. Plusieurs centaines de porteurs gravitent autour du site, mais le nombre de salariés est estimé à 7.000. Le site a également une vocation résidentielle et compte plus de 3.200 logements. Les désagréments du quartier proviennent de l’afflux massif de poids lourds dès les premières heures, bloquant la circulation. Au total, 700 véhicules de différents gabarits (poids lourds, camions, camionnettes, triporteurs, semi-remorques…) transitent chaque jour par le quartier, transformé en plateforme logistique sauvage.
Le quartier commercial se trouve dans une zone bien desservie par des services de messagerie «à bas prix». Ce qui permet le transport de 800.000 tonnes de marchandises par an sur un total de 1,3 million de tonnes. L’étude estime que «le site n’est pas conçu pour supporter des activités logistiques de cette envergure. D’où des dérives majeures en termes de respect du domaine public, de saturation des parkings et de circulation». Dans certains axes, les camionneurs équipés de bonbonnes de gaz et de marmites préparent leur repas, et font même leurs besoins naturels sur place. D’où des odeurs nauséabondes.
Le quartier est fréquenté par deux types de clientèle hétérogènes. Les commerçants-revendeurs représentent 30% du

Le quartier Derb Omar occupe une superficie de 500.000 m2 et abrite plus de 2.000 commerces

chiffre d’affaires. Le second type de clientèle est représenté par les particuliers qui pèsent pour 70% des ventes. Selon l’étude, l’essentiel de la clientèle est composé par des classes à faibles ou moyens revenus. Les classes moyennes ayant migré vers les grandes surfaces commerciales ou le réseau des franchises. L’orientation de cette clientèle est due à la dualité de la segmentation de Derb Omar, qui fait croire qu’il s’agit d’un commerce de gros. Or, les grossistes ne représentent que 8% des commerces, mais occupent 45% des surfaces de stockage et génèrent l’essentiel des flux logistiques.
Le site abrite plusieurs types d’activité, mais le tissu, l’habillement et les produits cosmétiques représentent 70% du commerce à Derb Omar. Les kissariats et les petits magasins représentent 50% de l’activité globale. «Le niveau général d’organisation, de sécurité et d’équipements de confort reste en dessous des normes et des bonnes pratiques », conclut l’étude. A peine 7% des commerces sont structurés sous forme de personnes morales.

Trois scénarios proposés dans l’étude

LE cabinet d’études EMC propose trois scénarios pour la restructuration du site. Le premier consiste en un «statu quo amélioré» avec la délocalisation des activités de messagerie. Le site devra bénéficier d’un programme de modernisation des commerces et de l’environnement. Le deuxième scénario «Casa Trade Center» vise à consolider le positionnement de Derb Omar en tant que site de négoce à vocation locale, régionale et nationale. Le commerce de détail pourrait être maintenu mais «la destination devra privilégier l’installation d’activités de bureaux et de services». Le troisième scénario vise la consolidation de Derb Omar en tant que «Retail Center». Mais sur le plan de l’urbanisme, le quartier devra privilégier l’installation d’habitats à la place des dépôts. Les deux derniers scénarios nécessiteront 5 à 15 ans. La  mise en oeuvre des trois scénarios nécessitera un budget de 100 millions de dirhams.

Hassan EL ARIF

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc