×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 126.058 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 155.275 articles (chiffres relevés le 26/5 sur google analytics)
Economie

Bourse: Upline met à jour ses recommandations

Par L'Economiste | Edition N°:4135 Le 21/10/2013 | Partager
29 valeurs concernées, 13 bénéficient d’une consigne favorable
Les conseils portent sur un horizon de placement de 12 mois

Le broker vient de réviser ses conseils sur 29 sociétés après les publications semestrielles. Maroc Telecom vient s’ajouter à la liste des valeurs couvertes par Upline comparé à avril dernier. Les recommandations n’assurent pas qu’il y ait la performance escomptée au bout

• Acheter : Hausse potentielle de 15 à 20% - • Renforcer : Hausse potentielle de 5 à 15%
• Conserver: Hausse ou baisse potentielle de 5% - • Alléger: Baisse potentielle de 5 à 15%
• Vendre: Baisse potentielle de 15 à 20%

Le sursaut du principal indice du marché casablancais, le 8 octobre dernier, avec un gain de 2,36% n’était finalement que passager. Le Masi a enchaîné les séances suivantes en recul. Les opportunités sont rares sur le marché. Cela est confirmé si besoin était par les nouvelles recommandations d’Upline. Le broker vient de réviser ses conseils sur 29 sociétés après les publications semestrielles. Une valeur, en l’occurrence Maroc Telecom, vient s’ajouter à la liste des valeurs couvertes par Upline. Comparativement à avril dernier, date de la dernière mise à jour des recommandations, les opportunités d’achat sont moins importantes. Seulement quatre valeurs bénéficient de cette recommandation contre sept précédemment. Pour les analystes, Addoha, Alliances, Samir et CMT offrent un potentiel de hausse pouvant atteindre 20% sur un horizon de 12 mois. Les conseils du broker sur ces valeurs n’ont pas évolué par rapport à avril excepté la recommandation sur CMT qui est passée de «conserver» à «acheter». Ces recommandations ne garantissent pas pour autant qu’il y ait la performance escomptée au bout. Preuve en est, les quatre valeurs affichent des performances négatives sur les six derniers mois. Dans le même temps, Sonasid et Centrale Laitière pour qui les analystes ont reconduit leur recommandation à la vente affichent à mi-parcours une hausse de 14% et une baisse de 2,45% respectivement. La recommandation à la vente suppose que le titre pourrait baisser jusqu’à 20%.
Globalement, neuf valeurs notamment Maroc Telecom, Salafin, Ciments du Maroc, Lafarge, Managem ou encore Unimer sont à renforcer dans les portefeuilles. Leur potentiel de hausse peut atteindre 15%. Les perspectives d’évolution sont par contre mitigées pour les titres qui sont à «conserver». Ils peuvent s’apprécier tout comme enregistrer une contre-performance pouvant atteindre 5%. Attijariwafa bank, BMCI, CIH, CGI, Afriquia Gaz et Label Vie sont classées dans cette catégorie.
Entre les deux périodes, le nombre de valeurs à «alléger» est passé de quatre à huit. Cette recommandation suppose que le titre pourrait potentiellement baisser de 5 à 15%. Crédit du Maroc, Aluminium du Maroc, Holcim, Cosumar ou encore Auto Nejma sont concernées par cette recommandation.
Si le marché s’est installé dans une spirale négative depuis quelques années, les prochains mois pourraient être décisifs. Le démarrage des opérations de prêts emprunts de titres devrait ouvrir de nouvelles perspectives aux investisseurs institutionnels. Ils sont, pour l’instant, les seuls intervenants sur le marché autorisés à effectuer ce type d’opération. D’un autre côté, des mouvements au niveau des investisseurs étrangers pourraient intervenir dans les prochaines semaines. Concrètement, l’on devrait assister à un chassé-croisé entre les investisseurs du MSCI Emerging Markets et ceux du Frontier Markets suite à l’entrée en application en novembre prochain du reclassement du Maroc vers l’indice MSCI Frontier Markets. Selon les professionnels, le marché casablancais pourrait bénéficier de 6,7% des flux qui transitent sur le Frontier Markets soit près de 200 millions de dollars. Pour certains analystes, il faudra patienter jusqu’en 2014 pour juger de l’impact de ces nouveaux changements. D’ici la fin de l’année, ils ne devraient pas fondamentalement changer la physionomie du marché.


F. Fa.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc