×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 126.058 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 155.275 articles (chiffres relevés le 26/5 sur google analytics)
Economie

Carburant
L’indexation activée à la baisse aussi

Par L'Economiste | Edition N°:4135 Le 21/10/2013 | Partager
Pourquoi le prix de l’essence recule de 32 centimes
35 milliards de DH, le budget de la compensation prévu en 2014

Au 30 septembre, la  charge de la compensation des produits pétroliers s’est élevée à 12,7 milliards de dirhams dont 80% pour le soutien du prix du gasoil et de l’essence super

L’indexation partielle des produits pétroliers a pleinement joué. Le gouvernement a décidé de baisser le prix de l’essence de 32 centimes le litre. Son prix est passé à 12,45 dirhams le litre. En revanche, celui du fuel numéro 2 et du gasoil n’ont pas bougé.
Le ministère des Affaires générales et de la gouvernance explique que «cette décision intervient après l’arrêt des comptes relatifs au taux de change du dirham contre le dollar et aux prix moyens internationaux du super carburant, du gasoil et du fuel durant la période allant du 13 août au 12 octobre 2013». Ce département parle aussi de la «baisse de 2,5% des prix du pétrole sur les marchés internationaux».  A cette baisse du prix de l’essence les opérateurs, notamment le Groupement des pétroliers, ne s’attendaient pas. Leur simulation ayant abouti à une stabilité des prix et leur maintien au même niveau que le mois de septembre.  
En opérant cette baisse, le gouvernement montre que le mécanisme d’indexation jouera à la hausse comme à la baisse comme cela a été annoncé auparavant. Mais il est toujours attendu sur la deuxième étape de la réforme du système de compensation qui n’est autre que la structure des prix des produits pétroliers ainsi que du sucre. Des dossiers sur lesquels le département des Affaires générales planche depuis plusieurs mois mais les résultats se font toujours attendre. 
Ceci étant, sur le marché international, les cours du pétrole grimpaient vendredi en Asie après l’annonce d’une accélération de la croissance économique en Chine, deuxième consommateur mondial de brut, mais les turbulences budgétaires aux Etats-Unis ont continué à peser sur le marché. Le baril de référence coté à New York pour livraison en novembre prenait 12 cents, à 100,79 dollars, tandis que le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre s’appréciait de 12 cents, à 109,23 dollars. Un niveau supérieur au seuil de 105 dollars retenu comme hypothèse de travail dans la loi de finances 2013. Et ce même seuil est reconduit dans le projet de budget 2014. D’ailleurs, le gouvernement a revu à la baisse le budget de compensation pour l’année prochaine: 35 milliards de dirhams contre près de 42 milliards de dirhams en 2012. Durant cette année, les niveaux des subventions unitaires sont fixés à 2,6 dirhams le litre de gasoil, 0,8 DH/l pour l’essence super et 930 dirhams la tonne de fuel-oil numéro 2.

 

K. M.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc