×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Faux billets: La contrefaçon recule

Par L'Economiste | Edition N°:4082 Le 25/07/2013 | Partager
11.649 billets falsifiés en 2012
Moins de 10 billets sur 1 million étaient contrefaits
La circulation fiduciaire a atteint 172,5 milliards de DH

Source: BAM
Les coupures de 200 DH représentent la moitié, plus exactement 48% des billets en circulation devant les coupures de 100 DH. Il y a dix ans, les billets de 100 DH en circulation étaient plus importants que ceux de 200 DH. Malgré la hausse des billets en circulation, la fraude est en revanche moins importante. Moins de 10 billets sur 1 million étaient contrefaits en 2012

En l’espace de 10 ans, la circulation fiduciaire a augmenté de près de 100 milliards de DH. La valeur totale des billets et pièces en circulation est ressortie à 172,5 milliards de DH en 2012.
Près de 493 millions de billets neufs ont été mis sur le marché l’année dernière et 102 millions de pièces. Les coupures de 200 DH représentent la moitié, plus exactement 48% des billets en circulation devant les coupures de 100 DH (39%). Il y a dix ans, les billets de 100 DH en circulation étaient plus importants que ceux de 200 DH. Concernant les pièces, celle de 1 DH est prépondérante avec 24%. Les pièces de 10 centimes représentent 19% du total et celles de 20 centimes et ½ DH pèsent chacune 15%.
Malgré la hausse des billets en circulation, la fraude est en revanche moins importante. L’année dernière, les faux billets en circulation ont baissé de 7,3% à 11.649 coupures. En valeur, ils totalisent 1,4 million de DH.
La contrefaçon concerne surtout les billets de 200 DH. Ils représentent 41% des billets illégaux en circulation. Les coupures de 100 DH et 50 DH suivent avec respectivement 24 et 23%. Globalement, moins de 10 billets sur 1 million en circulation étaient contrefaits en 2012.
En début d’année, la banque centrale a signé une convention avec les banques pour le recyclage des billets. Le dispositif mis en place est censé assurer un meilleur entretien de la qualité de la monnaie fiduciaire en circulation grâce à une fréquence plus élevée de contrôle. L’objectif est également de réduire le faux monnayage. En outre, Bank Al-Maghrib envisage de renforcer la sécurité sur les billets pour rendre leur falsification plus difficile.
Même si les autres moyens de paiement, notamment par carte bancaire, connaissent des progressions importantes ces dernières années, l’utilisation du cash est encore très ancrée dans les habitudes de consommation. Ce qui n’avantage pas vraiment les banques. Cette situation renforce la tension sur leurs ressources surtout durant les périodes de forte circulation fiduciaire en l’occurrence la période des vacances, la rentrée scolaire ou encore la fin d’année.
F. Fa

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc