×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprises

    La Bourse s’ouvre aux PME

    Par L'Economiste | Edition N°:4068 Le 05/07/2013 | Partager

    La Confédération patronale vient de signer un partenariat avec la Bourse de Casablanca.  L’enjeu de cette convention est d’améliorer l’accès des entreprises au financement par le marché boursier. «Il s’agit  de promouvoir le marché boursier comme instrument alternatif pour le financement des PME», annonce Karim Hajji, DG de la Bourse de Casablanca. L’objectif de cette opération de la place de Casablanca étant de développer un nouveau compartiment «libre» moins contraignant d’accès.  Le constat aujourd’hui est que «l’accès des PME au financement connaît beaucoup de restrictions.
    Seulement une PME sur 5 bénéficie d’un prêt ou d’une ligne de crédit», tient à préciser Miriem Bensalah-Chaqroun, présidente de la CGEM. Pour pallier cette situation, le partenariat prévoit plusieurs mesures et incitations pour les PME. La Bourse accorde en effet une subvention de 500.000 DH à chaque PME servant à couvrir les frais liés à l’introduction en Bourse (frais juridiques, conseil financier, agence de communication…), soit 50% du coût d’introduction. Concernant les mesures fiscales, les PME, qui comptent s’introduire par augmentation de capital, bénéficieront d’un dégrèvement de 50%. Par ailleurs, une remise de 25% de l’IS est réservée aux entreprises qui s’introduisent à travers une cession. L’on prévoit également la création d’un compartiment PME avant la fin de l’année et l’instauration de mesures incitatives pour les investisseurs particuliers et institutionnels, notamment une exonération totale des plus-values. Outre la création d’une commission mixte pour l’amélioration de l’accès des PME au marché des capitaux et la mise en place de module de formation à l’intention des entreprises membres de la CGEM, des conférences et des roadshows seront organisés auprès des fédérations sectorielles en plus de la mise en place d’une solution d’affichage dynamique au siège de la CGEM et dans toutes les régions servant à diffuser l’actualité boursière et économique. A coup sûr, les PME ont tout à gagner à travers cette  initiative.
    Leur introduction favorisera plus de visibilité et permettra aux promoteurs de faciliter la transmission de patrimoine à travers la mise en place d’organes de gouvernance. Toutefois, toute entreprise désirant recourir au marché boursier pour son financement devra justifier de fonds propres inférieurs à 50 millions de DH. A priori,  au moins 500 PME sont potentiellement éligibles à l’introduction en Bourse.


    Imane NAJI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc