×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Parlement

«La formation universitaire est en faillite»
Cherkaoui Roudani, député PAM

Par L'Economiste | Edition N°:4061 Le 26/06/2013 | Partager
Manque de volonté politique pour améliorer les conditions du secteur
Un texte pour «briser le statu quo»
L’université doit réguler la relation entre la société et l’Etat

Pour Cherkaoui Roudani, député PAM, «cette proposition de loi permettra de donner un nouvel élan à la société du savoir et de répondre aux problèmes systémiques dont souffre l’université marocaine»

- L’Economiste: Qu’est-ce qui a motivé la présentation de cette proposition de loi?
- Cherkaoui Roudani: Il y a d’abord le contexte actuel, avec la nouvelle Constitution qui a introduit le principe de reddition des comptes. En décortiquant les défaillances dont souffre l’université marocaine, nous constatons qu’il y a un problème systémique global. Face au manque de volonté politique du gouvernement pour améliorer les conditions de ce secteur, nous avons exprimé la volonté de contribuer à ce chantier à travers cette proposition de loi.

- Est-ce que vous considérez que l’université marocaine est prête à subir les changements prévus par ce texte?
- Légiférer est la seule solution pour briser le statu quo qui caractérise l’université marocaine. Il y a plusieurs raisons qui imposent de procéder à ces changements, notamment l’état délabré des équipements, le sureffectif, ainsi que la nécessité de réguler la relation triangulaire entre l’Etat, la société et l’université. Cette dernière doit donner un nouvel élan à la société du savoir. Surtout qu’aujourd’hui, la formation est en faillite.

- Il y a aussi cette dimension économique introduite par cette proposition de loi…
- Effectivement, il y a cette relation importante entre l’université et le marché du travail. Aujourd’hui, il faut renforcer et crédibiliser cette relation. Cela ne peut se faire qu’à travers la mise en place de mécanismes capables de faciliter cette équation, notamment à travers la création de fondations au sein des universités.

- Est-ce que cette proposition a des chances d’être adoptée?
- Nous sommes dans l’opposition, mais nous espérons que cette proposition sera adoptée, car son objectif est de donner un nouvel élan à l’université marocaine. Ce n’est pas une initiative partisane, mais citoyenne. Nous jouons notre rôle en assumant la responsabilité qui nous a été accordée par la Constitution. Cette proposition n’a pas pour but de gêner le gouvernement, mais plutôt de contribuer à la production législative.


Propos recueillis par M. A. M.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc