×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Grand-messe des élus locaux à Tanger

Par L'Economiste | Edition N°:4050 Le 11/06/2013 | Partager
A la recherche d’un modèle de collaboration avec la société civile
Constitution et régionalisation avancée, des critères à intégrer

Plus de 200 élus et membres d’association travaillant dans la Région Tanger-Tétouan se sont donné rendez-vous ce lundi pour le démarrage de la deuxième édition du Forum régional des collectivités locales et de la société civile. Il est organisé par le Conseil régional de Tanger-Tétouan, la Direction régionale des collectivités locales, le Programme Art Gold du Pnud en partenariat avec l’association Adelma et le Réseau Espace de citoyenneté.
Cette édition fait suite au premier forum, organisé en mai 2009, qui avait débouché sur la signature d’une déclaration d’intentions pour la coordination des actions des collectivités locales et de la société civile locale et internationale de la Région de Tanger-Tétouan. Il s’agit lors de cette édition de faire le point sur les avancées réalisées, et surtout, d’adapter les objectifs escomptés en fonction des nouvelles dispositions en matière de régionalisation avancée, entre autres aspects, selon Ayshanie Labe, représentante du Pnud au Maroc.
Il s’inscrit également dans le contexte international de la préparation de l’agenda post-2015 de développement durable. Trouver des formules innovantes pour faire collaborer société civile et collectivités locales, dans le cadre des réformes politiques engagées par le Maroc, dont la nouvelle Constitution, fait également partie des enjeux.
Autant que les réflexions qui seront menées sur les thèmes de la gouvernance, la jeunesse, la migration et l’environnement. A l’heure de la mondialisation et des réseaux sociaux, le choix semble idoine. En effet, le Pnud a entamé une conversation mondiale sans précédent grâce à laquelle tous les citoyens peuvent contribuer à façonner le prochain agenda de développement, après l’échéance des OMD en 2015, une opération rendue possible grâce aux nouvelles technologies de l’information. Dans ce contexte, les Nations unies au Maroc ont organisé une série de consultations sur l’agenda de développement mondial après-2015, nourries par les contributions des partenaires du gouvernement et les idées d’un large éventail de la société civile.


Ali ABJIOU

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc