×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

France/UBS: Les actionnaires restent de marbre

Par L'Economiste | Edition N°:4050 Le 11/06/2013 | Partager
Le management satisfait de pouvoir répondre point par point aux accusations
Paris de plain-pied dans le «nettoyage fiscal»

La banque suisse, en plein démêlés avec la justice française, risque d’être mise en cause dans un procès, qui pourrait opposer les USA à 14 banques suisses

La réaction de la banque suisse UBS à sa mise en examen en France est pour le moins surprenante. Le management se dit «satisfait» de cette situation, qui lui permettra d’avoir «accès au dossier, et de répondre point par point aux accusations françaises». Paris attaque le numéro 1 mondial de la gestion des fortunes pour «démarchage illicite», estimant qu’un système incitant les clients à ouvrir des comptes non déclarés en Suisse a été mis en place sur le territoire français pendant les années 2000.
La banque remet totalement en cause cette version des faits, et précise que les agissements isolés de banquiers, non dictés par leurs supérieurs, ne peuvent être jugés comme une politique de la banque. En signe de «bonne foi», les actionnaires rappellent que «la mise en place de la filiale française a coûté très cher» à la compagnie. De fait, ils expliquent que «capter des clients pour les diriger en Suisse n’aurait eu aucun sens».
L’inculpation de la banque suisse intervient une semaine après ce de ladite filiale française, mise en cause pour «complicité de démarchage illicite». Par ailleurs, la banque a été placée sous statut de témoin assisté (ndlr : procédure du droit français qui vise à respecter la présomption d’innocence sans écarter l’implication du «témoin assisté» dans l’infraction), pour «blanchiment de fraude fiscale» et «blanchiment de démarchage illicite».
UBS n’en est pas à ses premiers démêlés internationaux. Depuis 2009, la banque paye une grosse amende au fisc américain pour avoir aidé des fortunes américaines à échapper aux impôts. Le procès français est perçu comme «mineur» par les actionnaires, comparé à l’éventualité d’une nouvelle inculpation d’UBS aux Etats-Unis, dans un conflit qui pourrait opposer le pays à 14 banques suisses. 
La France semble en phase de nettoyage intensif des travers de son système fiscal. Après le tintamarre causé par l’affaire Cahuzac, la révision de la politique fiscale, voilà qu’en quelques jours l’affaire UBS éclate. Par ailleurs, le rapport commandé le 2 mai par Emmanuel Valls a fait état de primes mensuelles de 10.000 euros versés en liquide à Claude Guéant «en provenance des frais d'enquête et de surveillance», après 2002, année de suppression du système de primes.


Rime AIT EL HAJ

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc