×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Europe

Les compagnies aériennes bravent la crise

Par L'Economiste | Edition N°:4045 Le 04/06/2013 | Partager
Les profits attendus en 2013 atteignent 1,6 milliard de dollars
Baisse du prix du baril et augmentation des revenus auxiliaires
Plus de 3 milliards de passagers dans le monde, une première historique

Les compagnies aériennes européennes devraient dégager un profit cumulé de 1,6 milliard, soit le double du 800 millions de dollars prévu initialement. Une réalisation portée par le numéro 1 sur le continent Lufthansa, et par les low-cost. Le rapport de l’Association mondiale des transporteurs aériens (IATA) publié le lundi 3 juin fait état d’une forte demande, avec une croissance de 0,4% du nombre de passagers-kilomètres transportés. Une évolution qui dépasse même celle de l’expansion de la capacité des flottes européennes, qui n’augmentera que de 2,7%. Les conditions économiques sont particulièrement difficiles dans cette région, mais la consolidation du marché nord-américain et intra-européen participe à l’évolution positive de la performance financière de ce marché.  Les indicateurs européens suivent globalement la tendance mondiale. IATA prévoit 12,7 milliards de profits pour tout le secteur en 2013, ce qui représente près de 2,5 milliards de plus par rapport aux premières prévisions, et 7,6 milliards de plus qu’en 2012. La barre du nombre de passagers dépassera symboliquement les 3 milliards, pour la première fois de l’histoire.  Que ce soit en Europe ou ailleurs, cela reste un «exploit», dans un marché où les compagnies aériennes font «4 dollars de bénéfice pour chaque passager, soit moins du prix d’un sandwich dans la plupart des endroits» selon Tony Tyler, directeur général d’IATA. Il s’agit d’autant plus d’un exploit que le business reste la clé de voûte de ce secteur. Pourtant, la crise mondiale, et son impacte qui s’est particulièrement concentré sur l’Europe, a mis ce créneau à mal. De fait, cela ouvre la voie à de nouveaux horizons de développement. L’Afrique pourrait être la première bénéficiaire de ce retournement de situation. L’un des facteurs principaux qui boostent le marché mondial, c’est la baisse relative du prix du baril, qui est passé de 111,8 dollars à 108 dollars. Cela réduit sensiblement la facture du kérosène. Cela permet de contrer les effets retors de la crise économique mondiale, qui a atterré les économies, notamment en Europe. Pour autant, il faut garder à l’esprit que le prix du baril a augmenté de 55% sur la période 2006-2013, mais les compagnies aériennes ont réussi à maîtriser cette ascension fulgurante, grâce, entre autres, à la mise en place de programmes de contrôle des coûts. Par ailleurs, les compagnies ont réussi à trouver de nouvelles manières de rentabiliser les voyages, en boostant les revenus auxiliaires.


Rime AIT EL HAJ

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc