×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Les Cahiers de l'Émergence

    «Comment gagner 13 jours sur le transit»

    Par L'Economiste | Edition N°:4025 Le 07/05/2013 | Partager
    Le coût est aussi inférieur à celui de l’acheminement par bateau feeder au port de Casablanca

    - L’Economiste: Quels sont les atouts du rail en matière de logistique?
    - Azzeddine El Amraoui, directeur du Pôle fret et logistique à l’ONCF: Le transport ferroviaire est la meilleure réponse à une demande de transport de masse d’un produit. Il permet l’acheminement par un seul train de centaines, voire de milliers de tonnes dans des conditions optimales aussi bien sur le plan économique qu’environnemental.
    Pour certains produits, le rail reste le mode de transport naturel, il s’agit notamment des produits en vrac de grande quantité comme les minerais, les céréales, les hydrocarbures et les engrais, et également les conteneurs massifiés de et vers les grands ports.
    - Que représente concrètement le projet Mita?
    - Aujourd’hui pour les marchandises provenant d’Asie, le passage par le port de TangerMed et l’acheminement par train vers Mita à Casablanca permet de leur faire gagner jusqu’à 13 jours de transit time global avec un coût même inférieur à celui de l’acheminement par bateau feeder au port de Casablanca. Cette offre intégrée sera complétée à l’avenir par les prestations logistiques qui seront lancées incessamment dans les entrepôts de la zone Mita.
    Dans cet espace, en plus des entrepôts de stockage, les opérateurs disposeront d’un service de messagerie et de distribution amélioré et d’un centre d’affaires. Notre but est de fournir un guichet unique sur site où les industriels, les importateurs et les exportateurs trouvent tous les services dont ils ont besoin, que ce soit pour les autorités de contrôle, de douane mais également de différents prestataires: transitaires, de consignataires, transporteurs…
    - Comment l’ONCF accompagne le développement du projet Renault?
    - Premièrement, je tiens à signaler que ce projet constitue un modèle en matière de partenariat public-privé entre l’opérateur français, l’Etat, TMSA et notre Office. Les délais ont été respectés pour la réalisation de ce grand projet. L’acheminement de voitures a été assuré dès l’ouverture de l’usine par l’ONCF. Notre client est actuellement satisfait du service qui permet d’accompagner la montée en charge de l’usine. Ainsi, nous sommes passés d’un train par jour il y a à peine quelques mois, à deux trains quotidiens aujourd’hui avec une perspective de passer prochainement à 3 convois par jour. Lorsque la deuxième ligne de l’usine sera opérationnelle, notre Office sera en mesure d’assurer 6 trains par jour. Actuellement, ce sont plus de 300 voitures acheminées par train quotidiennement sur une distance de 35 km reliant l’usine Renault Melloussa et le port Tanger Med.


    Propos recueillis par NEA

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc