×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

La conquête de l’or de Managem

Par L'Economiste | Edition N°:3997 Le 27/03/2013 | Partager
Le groupe a doublé sa production en deux ans
400 salariés sur deux sites

LA visite d’un Souverain marocain au Gabon est souvent synonyme de relance des relations économiques bilatérales. L’actuel déplacement du Roi à Libreville en sera sans doute une preuve de plus. De grandes entreprises marocaines sont présentes au Gabon, et sont généralement leaders dans leurs secteurs respectifs. C’est le cas de Managem, filiale de la Société nationale d’investissement (SNI) spécialisée dans l’extraction minière. Leader dans l’exploitation de l’or au Gabon et présente depuis seulement 2010, Managem a déjà investi deux projets miniers. Outre l’exploitation de la mine de Bakaudou, située à quelque 650 km à l’est de Libreville, l’entreprise a déjà acquis le droit de prospection d’une deuxième mine, dans la région d’Etéké à l’est du pays.
Jusque-là, les investissements de Managem au Gabon se limitent uniquement à l’exploitation de l’or, alors que le sol gabonais regorge d’autres métaux, comme le fer et le manganèse.
Pour Youssef El Hajjam, directeur du Pôle métaux précieux à Managem, «les métaux comme l’or sont le cœur des activités de l’entreprise». Et d’ajouter: «des métaux comme le fer ou le manganèse nécessitent des coûts de traitement très lourds». Satisfaite des facilités accordées aux entreprises d’exploitation minière (avantages fiscaux, exonération des droits de douane, taux réduits pour les investissements futurs), Managem envisage même la prospection de nouvelles zones. «Nous avons émis des demandes pour d’autres permis, notamment pour l’or», annonce le dirigeant. Forte de sa success storie au Gabon, la filiale de la SNI emploie quelque 400 personnes dans sa mine de Bakaudou, tandis que sa production d’or est passée de 50 à 100 kg par mois. Quant à  l’avenir des relations commerciales maroco-gabonnaises, Youssef El Hajjam fait montre d’un optimisme prudent. «En tant que Marocain et connaissant parfaitement les potentialités du Gabon, je pense qu’il faut plus que jamais encourager l’investissement dans ce pays. Le champ d’action y est très large», insiste-t-il. Pour El Hajjam, les deux pays peuvent mieux faire en dépit  des nombreuses entraves qui continuent de paralyser les échanges commerciaux. Parmi ces entraves: la non-ratification  côté gabonais de la non-double imposition. Il y a aussi  les visas qui doivent être éliminés… «On ne comprend pas pourquoi ceux-ci continuent à exister», déplore le dirigeant.
Récemment radié de l’EITI, l’Initiative pour la transparence des industries extractives, un groupe d’intérêt dont l’objectif est de veiller à la transparence et au bon fonctionnement des exploitations minières, le Gabon a été accusé de manque de transparence dans sa gestion des ressources minières, et de nombreuses entreprises mondiales se sont montrées inquiètes. Sur cette question,  Youssef El Hajjam se dit étonné et assure ne pas comprendre cette décision.  A contrario, «dans son fonctionnement de tous les jours, l’administration gabonaise se montre on ne peut plus claire et transparente», témoigne El Hajjam. Ceci-dit, le Gabon reste, au sens propre comme au figuré, une véritable mine d’or pour Managem.

L’aventure africaine se poursuit

PRÉSENTE principalement dans trois pays africains: Gabon, République démocratique du Congo et Soudan, Managem ne souhaite pas pour autant s’arrêter là. «Nous comptons également nous implanter en Ethiopie, où les potentialités sont assez significatives», prévoit El Hajjam. Avec une nette amélioration de son chiffre d’affaires en 2012, atteignant 3,5 milliards de dirhams, le leader national dans le domaine de l’extraction minière a plus que jamais les moyens de ses ambitions. D’autant  plus que les conditions actuelles du marché lui sont favorables. Les cours de l’or sont en constante augmentation.

Réda MOUHSINE avec A. R.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc