Régions

Agadir: Une charte qualité pour le tourisme rural

Par L'Economiste | Edition N°:3949 Le 16/01/2013 | Partager
Formations en matière de création de circuits touristiques
Les professionnels s’appuient sur l’expertise française
Une démarche dans le cadre de la coopération décentralisée avec l’Isère

Ces dernières années, le programme de micro-entreprise touristique mené par le Conseil régional du Souss Massa Draâ a généré un grand nombre d’établissements touristiques dans l’arrière-pays d’Agadir

La destination Agadir est en passe de proposer de nouvelles niches de produits. Le Réseau de développement touristique rural (RDTR) tente par tous les moyens de renforcer l’assise de la filière. En partenariat avec l’association de coopération pour le développement local des espaces naturels, Tetraktys, il organise au profit des professionnels des ateliers de formation en matière de création de circuits touristiques.
La démarche menée avec le Conseil régional du Souss Massa Draâ et le Conseil Général de l’Isère dans le cadre d’une coopération décentralisée est nécessaire pour doper l’activité des structures touristiques dans le rural. Ces dernières années, le programme de micro-entreprise touristique mené par le Conseil régional du Souss Massa Draâ a généré un grand nombre d’établissements touristiques dans l’arrière-pays d’Agadir.
Leur gestion et pérennité butent encore cependant sur la promotion du produit et sa commercialisation. Aussi le renforcement du nombre de circuits touristiques et surtout leur commercialisation seraient un vecteur d’attractivité vers ces structures et plus généralement vers l’arrière-pays touristique du Souss. Jusqu’à présent dans le cadre du programme du pays d’accueil touristique (PAT) initié par le département de tutelle ces dernières années, des circuits ont été créés dans la région. Il en est ainsi de la route du miel dans la localité d’Imouzzer Ida Outannane. Mais force est de constater que le circuit n’a pas véritablement dopé l’activité des établissements de la zone. Il est nécessaire dans ce contexte que les voyagistes jouent le jeu avec les professionnels du tourisme rural.
Pour structurer la filière, les membres du RDTR s’attellent aussi à l’élaboration actuellement d’une charte de qualité et un référentiel pour unifier les standards en la matière des produits du tourisme rural. Cela passe bien sûr par le développement des capacités des acteurs du domaine. Il reste aussi à fédérer l’ensemble des acteurs concernés pour que le tourisme rural dépasse aujourd’hui le stade embryonnaire dans lequel il se trouve encore. La démarche est d’intérêt pour la destination Agadir, dont le produit n’a pas véritablement évolué depuis vingt ans. Le développement du tourisme rural est en tous cas une opportunité pour la région pour passer d’une offre traditionnelle balnéaire à une offre différenciée à travers notamment un positionnement écotourisme et culturel.
De notre correspondante,
Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc