×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

CIH: Pourquoi BPCE sort du tour de table

Par L'Economiste | Edition N°:3683 Le 22/12/2011 | Partager
La CDG reprend les participations du groupe français
BPCE et le CIH poursuivront leurs relations commerciales
Les filiales marocaines des banques françaises ne connaîtront pas de bouleversement

CDG devient l’unique actionnaire de Massira Capital Management après la reprise des participations du groupe BPCE. Ce dernier entend poursuivre ses relations commerciales avec le CIH

La présence du groupe Banque Populaire-Caisse d’Epargne (BPCE) dans le tour de table du Crédit Immobilier et Hôtelier s’arrête au bout de la cinquième année. La Caisse de Dépôt et de Gestion reprendra les 23,8% du capital détenus par le groupe français. Elle portera ainsi sa participation à 67,9%. Le désengagement du groupe BPCE est certainement motivé par la nécessité pour l’établissement de mobiliser des capitaux pour faire face à la crise de la dette souveraine en Europe. Les besoins de fonds propres supplémentaires de BPCE ont été évalués à 3,7 milliards d’euros (41 milliards de DH) par l’Autorité bancaire européenne. Cela rend plus pertinent la cession de certaines de ses participations.
D’autres banques, notamment BNP Paribas qui détient 66,74% de la BMCI et la Société Générale présente dans le tour de table de sa filiale marocaine à hauteur de 57%, sont également concernées par le renforcement des fonds propres. Pour autant, celles-ci devraient maintenir leur position inchangée dans ces filiales, a laissé entendre Abdellatif Jouahri, gouverneur de la Banque centrale lors du Conseil du 20 décembre.
Le retrait du groupe Banque Populaire-Caisse d’Epargne du CIH lui rapporterait 1,3 milliard de DH sur la base du cours (252,05 DH) à la date de signature du protocole d’accord le 20 décembre. Le marché a, au passage, bien accueilli la nouvelle. A la clôture de la séance de mercredi 21, le titre CIH s’est apprécié de 5,53% à 266 DH.
Malgré son retrait du tour de table, le groupe BPCE entend poursuivre ses relations commerciales avec le CIH. Les deux entités avaient inauguré en octobre dernier la première représentation du CIH à l’extérieur, précisément à Marseille. Cette antenne qui est destinée à apporter des solutions bancaires aux MRE a été ouverte en partenariat avec la Caisse d’épargne Provence-Alpes-Corse (CEPAC). L’offre de service cible notamment les étudiants marocains de la région marseillaise. Selon les deux partenaires, l’offre sera progressivement étendue à d’autres Caisses d’épargne. Pour rappel, le Groupe BPCE compte plus de 36 millions de clients et dispose d’un réseau de 8.000 agences. Sa présence dans le capital de CIH était un atout pour faciliter sa transformation en banque universelle. Pour l’heure, elle poursuit son redressement. L’établissement a bouclé le premier semestre avec des résultats en nette amélioration. La filiale de la CDG a par exemple baissé son coût du risque de 80% alors que cet indicateur est en hausse chez les autres acteurs du marché.

F. Fa

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc