×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Marrakech: Gros lifting pour le Kenzi Farah

Par L'Economiste | Edition N°:3678 Le 15/12/2011 | Partager
Une rénovation sans fermeture de portes pour 50 millions de DH
3 nouveaux hôtels bientôt à Saïdia, Agadir et Tanger
Le groupe sollicité pour gérer des établissements en Afrique

La rénovation de l’établissement doté de 384 chambres a concerné aussi ses différents points de vente (restaurants et bars)

Kenzi Farah vient d’être entièrement retapé à neuf. La rénovation de l’établissement a nécessité une enveloppe de 50 millions de DH à la société de gestion Kenzi hôtel group, un des premiers établissements de la chaîne hôtelière marocaine et son vaisseau amiral qui emploie 600 personnes. Il remonte à 1980. Géré à l’époque par Sofitel, il est passé sous le giron du Safir avant d’atterrir chez le groupe Kenzi en 2003. L’établissement de l’hivernage, mise particulièrement sur l’incentive.
Durant cette saison, il a réalisé un des plus forts taux d’occupation de la ville, malgré la crise qui frappe le secteur. Raison pour laquelle, l’enseigne marocaine a préféré opérer sa transformation sans pour autant fermer ses portes. «C’était le challenge. Maintenir l’hôtel ouvert tout en opérant les travaux et sans déranger les clients», insiste Abdelatif Kabbaj, président du groupe. Le chantier, discret, a duré 9 mois avec une rénovation totale qui a compris l’ensemble des points de vente de l’établissement et le relooking des cinq restaurants de l’hôtel. Dans la foulée, l’unité a été dotée d’un Spa aux normes haut standing. L’accent a par ailleurs été particulièrement mis sur les espaces verts et le parc aux 1001 senteurs de l’unité. L’établissement dispose en effet de près de 4 hectares de jardin. Les salles de séminaires n’ont pas été en reste dans ce programme avec une mise à niveau du centre de conférences composé de salle plénière et de 8 salles modulables pouvant accueillir 1.200 personnes. «Pour continuer sa croissance, une unité hôtelière se doit tous les 5 ans de rafraîchir ses chambres. C’est un principe pour une vie saine de l’établissement», confie Kabbaj.
Dans ces liftings, il s’agit parfois d’améliorer les points de vente et de réorienter totalement le produit. Rappelons que la chaîne Kenzi a déjà opéré un premier lifting en 2004 pour l’établissement avec une extension de sa capacité litière qui a été portée à 384 chambres dont 10 suites. A noter que le groupe Kenzi, qui gère une dizaine d’établissements dans l’ensemble du Maroc - dont 4 à Marrakech - consacre 4% de son chiffre d’affaires à la rénovation des établissements de son portefeuille. Des rénovations complètes ou partielles de l’ensemble des hôtels ont été entreprises avec le défi d’atteindre une qualité de prestation. De grandes signatures sont désormais adossées à l’enseigne aussi bien dans la restauration que dans la cosmétique. Afin d’accompagner ces changements, le groupe consacre également un grand volet à la formation des salariés. Depuis trois ans, il dispose de son propre centre de formation par apprentissage (CFA) pour les besoins en recrutement de ses projets. Les ambitions du groupe ne s’arrêtent pas là. Kenzi group a en projet trois autres établissements dans le nord: A Saidia, à Tanger pour la gestion d’un grand hôtel et à Agadir pour la construction d’une deuxième unité. Un projet de création d’une chaîne de 3 étoiles est en cours de discussion avec la CDG par ailleurs. Le groupe marocain qui navigue dans un paysage dominé par les majors européens, a réussi à décrocher la reconnaissance au-delà des frontières. Il vient d’ailleurs d’être sollicité pour relancer des établissements en Afrique. Ces projets sont en cours d’étude. Crée en 1988, le Kenzi Hotel group dont le capital social est de 21 millions de DH gère aujourd’hui 9 hôtels, soit 1.904 chambres dont deux hôtels clubs.

Le défi environnemental

C’est la tendance et cela n’échappe pas au groupe. La chaîne hôtelière est sur le point de développer un concept novateur. «Unami Desery Ecohotel», indique Fahd Kabbaj, directeur général du groupe.
C’est un futur établissement hôtelier de luxe composé de 20 suites respectant l’éthique rigoureuse du tourisme durable avec un ratio de construction de 3% de la superficie totale du terrain et des choix d’architecture qui s’intègrent au relief s’inspirant de l’habitat local. Ainsi, la partie hébergement sera sous forme de tentes bâties tout en maintenant les éléments de confort. Ce projet sera soutenu par le Comité 21 (Comité français pour l’environnement et le développement durable).

Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc