×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Evénement

    Agadir Ida Outannane: L’USFP perd son fief

    Par L'Economiste | Edition N°:3665 Le 28/11/2011 | Partager
    Comme le RNI, le parti n’obtient qu’un seul siège
    Le PJD, le grand gagnant

    Ce n’était pas le grand rush des électeurs vendredi dernier. Le taux de participation était bien en deçà de la moyenne nationale

    Les Gadiris n’ont pas voté en masse le 25 novembre dernier. Le taux de participation de la circonscription n’a pas dépassé les 38%, donc bien en deçà de la moyenne nationale et à peine supérieur à celui de 2007.
    Les électeurs gadiris qui se sont déplacés pour voter l’ont fait en grand nombre pour le PJD. Le parti de la lampe a ainsi raflé deux sièges sur les quatre que compte la circonscription, avec 25.801 voix bien devant l’USFP.
    Pour sa part, l’USFP a obtenu un siège avec 12.216 voix et s’est ainsi classé au deuxième rang. Le quatrième siège de la circonscription est revenu au RNI avec 11.200 voix. Les élus du nouveau paysage politique de la circonscription d’Agadir Ida Outannane sont Aissa Mkiki et Abdallah Oubari du PJD, Tariq Kabbage pour l’USFP et Abdallah Aberni pour le RNI. Ces élus sont tous des personnages connus de la scène politique. Aissa Mkiki, élu du conseil communal, a déjà été un des gagnants des élections de 2007. A noter qu’il est technicien agronome de formation. Pour sa part, Abdallah Oubari, également élu du PJD, est enseignant de métier. Du côté du parti de la rose, Tariq Kabbage, l’actuel maire de la ville, ancien universitaire et opérateur économique de la région, va faire sa première expérience de député. Abdallah Aberni, l’élu du RNI, est aussi connu pour être un militant de longue date. Longtemps président de la commune rurale de Tamri, le député est de formation universitaire.
    Outre le faible taux de participation, il ressort également de ces élections que le PJD enregistre une grande évolution en termes d’électorat dans la circonscription par rapport à 2002 et 2007. En 2007, le PJD était classé deuxième dans la circonscription avec 11.355 voix. Aujourd’hui, il a plus que doublé le nombre de ses voix dans la circonscription. Ainsi, après avoir été le fief pendant longtemps de l’USFP, Agadir devient celui du PJD. Le parti de la rose, par contre, regagne du terrain par rapport au RNI en 2007. Ce parti était à l’époque arrivé à la tête des élections législatives dans la circonscription d’Agadir Ida Outannane avec 15.222 voix. En 2002, c’est l’USFP qui avait été classée au premier rang avec plus de 32.000 voix. Mais en 2007, le parti avait perdu du terrain et était descendu au troisième rang avec 10.224 voix.
    Dans la région du Souss-Massa-Draâ, le PJD a remporté d’autres sièges. On parle pour l’heure de neuf. A Tiznit, les deux sièges que compte la circonscription sont revenus au RNI et à l’USFP. Aziz Akhannouch du RNI et Lahcen Bounouari de l’USFP ont aussi été élus.

    Malika ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc