×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    Maroc Numeric: Chami défend son bilan

    Par L'Economiste | Edition N°:3607 Le 02/09/2011 | Partager
    Injaz: 25.000 bénéficiaires en 2 ans
    4G: Pas encore d’appel d’offres
    Bientôt les extraits d’acte de naissance à domicile

    Maroc Numeric s’articule autour de quatre priorités stratégiques. A l’horizon 2013, ce programme devra améliorer l’accès et l’équipement en outils TI. Il vise à les mettre au cœur de l’économie nationale pour en générer une augmentation de la croissance

    Le Maroc a réalisé un saut qualificatif dans le domaine des technologies de l’information! Certes, le pays n’occupe pas les premières places des classements des TI, mais il nourrit de grandes ambitions. La concrétisation de cette volonté s’est transformée, il y a quatre ans de cela, en une stratégie nationale: Maroc Numeric 2013. Cette stratégie a été initiée par le gouvernement sortant. Pour dresser le bilan des réalisations en termes de généralisation des TI, Ahmed Reda Chami a invité la communauté Twiter pour débattre des avancées majeures. La première priorité de ce programme concerne la transformation sociale.
    Il s’agit d’améliorer l’accès à la connexion internet, l’équipement en outils TI et le développement du contenu national. «Injaz figure parmi les points forts de Maroc Numeric 2013. Il a permis d’équiper plusieurs étudiants en ordinateurs portables», explique Chami. Résultat: 25.000 bénéficiaires en 2 ans. Toutefois, «nous regrettons de ne pas avoir droit à cette subvention pour la licence qui représente la base de l’enseignement supérieur», souligne une étudiante en informatique. Sur ce point, Chami évoque le manque de financement pour répondre à une telle demande.
    Pour ce qui est du centre d’accès communautaire (CAC) qui aurait dû permettre l’accès à internet aux populations des zones reculées, le département de l’Industrie reconnaît le retard. 100 CAC sont en retard depuis 6 mois. Le programme avait également pour ambition d’augmenter l’audience des sites Web marocains. Au premier semestre 2011, le pays compte 156 sites marchands avec une progression de 89% du paiement en ligne par carte bancaire par rapport à la même période en 2010. En volume, cela représente 230 millions de DH. Le ministre des Nouvelles technologies a enregistré une hausse de 93,5% de paiement par carte bancaire marocaine et 31,5 % par carte étrangère.
    Pour ce qui est de la connexion internet, c’est le satisfecit général: «La 3G marocaine est l’une des moins chères au monde!», annonce Chami. Cependant, les difficultés de connexion au réseau font vite oublier l’argument prix. Les opérateurs expliquent les problèmes de connexion par la forte affluence sur le réseau qui n’avait pas prévu autant de trafic. «Les Marocains utilisent la 3G comme connexion fixe alors qu’elle est mobile», regrette Chami. La solution serait d’augmenter les bornes wifi dans les espaces publics. D’où la mise en place de ces outils dans des universités. Aussi, des bornes wifi seront bientôt installées dans 2 villes. Pour ce qui est de la 4G, l’appel d’offres n’est pas encore lancé. L’informatisation d’un Etat passe également par l’électronisation d’un ensemble de formalités administratives. A ce jour, ce sont 28 services e-gov qui sont opérationnels et 24 autres en cours de livraison contre un objectif de 89 à l’horizon 2013. Parmi les réalisations phares, figure la prise de rendez-vous dans quatre hôpitaux. Le dernier projet en date, celui du guichet électronique de commande de documents administratifs. Le document en question est le fameux extrait d’acte de naissance que la carte nationale biométrique ne remplace pas contrairement à ce qui est communément admis. Concrètement, il suffira d’introduire certaines informations sur le site (nom, province, bureau d’état civil…) et payer les frais de livraison via sa carte bancaire, avant de recevoir le document par la poste.

    Ilham BOUMNADE

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc