×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Focus

    Projet du Bouregreg
    «Le vrai démarrage du tramway est en septembre»
    Entretien avec Lemghari ESSAKL, PDG de la Société du tramway de Rabat Salé

    Par L'Economiste | Edition N°:3607 Le 02/09/2011 | Partager
    La mise en service du tram a démarré en été, période de vacances
    Les responsables confiants quant à une meilleure exploitation
    Des brigades chargées de la sécurité dans les zones très fréquentées

    «En période de congés, nous n’avons pas pu objectivement apprécier la capacité d’exploitation du tramway», souligne Essakl

     L’Economiste: Après trois mois de mise en service du tramway, quel bilan pouvez-vous en faire?
    Lemghari ESSAKL: Sur le plan technique, nous avons pu réaliser ce méga projet structurant dans des délais respectables. Il faut aussi signaler que les rames et les différents équipements et installations techniques du réseau fonctionnent sans problèmes, confirmant ainsi nos essais préalables. Cela, grâce à la compétence de nos équipes marocaines qui ont pu, dans un délai court, maîtriser le process de gestion de ce nouveau mode de transport.

    La rentrée approche et le volet commercial n’a pas vraiment été traité Que nous concoctez-vous?
    Dans cette phase de démarrage, effectivement, nous nous sommes essentiellement focalisés sur le transport. Nous avons convoyé entre 25.000 et 30.000 voyageurs par jour, soit 30% de nos capacités. Il faut dire que la phase de lancement a coïncidé avec le début de la saison d’été, période des vacances scolaires et de congés des fonctionnaires.
    Cette période ne permet pas d’apprécier objectivement la capacité d’exploitation du tramway et dresser un bilan. Pour nous, le mois de septembre prochain sera considéré comme la date du vrai démarrage qui sera marquée par le lancement de notre nouvelle gamme tarifaire.

    La sécurité est un des aspects les plus importants de ce projet. A quel type d’incidents êtes vous confrontés?

    Pour le moment, le bilan est rassurant avec seulement quelques incidents non graves. Nous avons mis en place des brigades pour veiller à la sécurité des passagers au niveau des zones à forte fréquentation. La présence de ces équipes est provisoire jusqu’à ce que les habitants s’adaptent avec le nouvel arrivant. Je profite de l’occasion pour saluer l’esprit de civisme des usagers envers le tram qui est un bien public à leur service.

    Le long de la lige n°2, il n’y a pas encore d’éclairage et les travaux des trottoirs ne sont pas totalement achevés... A qui incombe la responsabilité?
    En principe, la réalisation de ces travaux annexes a fait l’objet d’une convention entre notre société et la ville, signée en avril 2010. L’accord prévoit que les partenaires mobilisent conjointement un budget de 116 millions de DH pour financer ces travaux. La STRS a débloqué sa part, soit près de 57 millions de DH. Ce qui a permis la réalisation des travaux de carrelage et de voirie le long de la ligne n°1 notamment au niveau de la place Al Joulane, le quartier Hassan et Madinat Al Irfane.
    Pour attaquer les travaux restants au niveau de la ligne n°2, on attend la contribution de la ville qui est de 59 millions de DH environ. Sur ce point, des concertations sont engagées avec la ville et la wilaya pour activer l’achèvement des travaux restants.

    Propos recueillis par NEA

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc