×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Affaires

RAM: Le bras de fer continue

Par L'Economiste | Edition N°:1779 Le 31/05/2004 | Partager

. Paris, Bruxelles... les lignes les plus touchées par la grèveA l’heure où nous mettions sous presse, les pilotes de ligne de RAM, en grève depuis jeudi 27 mai, affirment qu’aucun contact n’a encore été établi avec la direction de la compagnie. Leur principale revendication, la réintégration des 6 collègues licenciés “abusivement”. Pour RAM, c’est un dictat et la compagnie ne négocie pas dans ces conditions. Pour l’heure, le bras de fer continue et l’AMPL (association des pilotes de ligne) devait tenir, dimanche soir, une assemblée générale pour décider de la poursuite ou de l’arrêt du mouvement. Contactés par L’Economiste, les pilotes de ligne prévoient, si rien n’est entrepris, de passer à la vitesse supérieure. Il est à noter qu’au lendemain du débrayage du PNT (personnel naviguant technique) de RAM, déclenché le 27 mai, les vols ont connu d’importantes perturbations. Et ce, lors du week-end de Pentecôte où la compagnie enregistre une forte demande en provenance d’Europe. Selon RAM, un comité de crise a été mis en place au siège ainsi que des structures similaires dans les différents aéroports nationaux et à l’étranger. En dépit des démarches entreprises, plusieurs vols ont été touchés, qu’ils soient charters ou réguliers. Et c’est la destination Paris-Casablanca qui a connu le plus de perturbations, compte tenu du fort taux d’occupation que représente cet axe pour la compagnie.A Paris-Orly, L’Economiste a enregistré le 28 mai des désagréments auprès de la clientèle (environ 600 personnes), composée essentiellement de touristes, et de longues heures et files d’attente devant les comptoirs et les sites d’embarquement. Pris de court, les passagers ont été contraints de passer la journée à l’aéroport d’Orly et plus de 400 n’ont embarqué que vers 22h30 (heure locale). Et ce à bord d’un gros appareil (Boeing 747), affrété auprès d’une compagnie espagnole. Plusieurs passagers n’ont pas pu embarquer bien qu’ayant confirmé au préalable. Débordé face au flux des plaignants, le personnel RAM se contentait de faire savoir que des vols avaient été annulés et qu’en cas de grève, la compagnie ne prend pas en charge les passagers débarqués. “Tous ceux qui n’ont pas la priorité seront débarqués. Pour plus de détails, contacter le 0820 821 821”, martelait le chef d’escale. Un numéro de call center qui plus est payant. A Bruxelles également, des passagers en partance pour le Maroc étaient également bloqués depuis samedi. RAM a trouvé un accord avec la compagnie Virgin Express pour affréter deux vols.Au Maroc, à l’heure où nous mettions sous presse, l’aéroport de Marrakech, second hub national, avait enregistré l’annulation de dix vols. Hier dimanche, au total, 80 vols ont été programmés. Selon notre correspondante, le mouvement de grève n’a touché que 15% du total des vols de la ville ocre. En revanche, tous les vols devant passer par Casablanca ont été annulés. A l’origine de ces perturbations, l’AMPL, qui a décrété, le mouvement invoque plusieurs raisons. Parmi elles, la réintégration de 6 collègues licenciés “abusivement”. Motifs du licenciement: “refus d’exécution de programme” et “état d’ivresse”, selon la compagnie. Pour l’heure, RAM estime que les mesures prises ont permis d’atténuer fortement les perturbations. Ainsi, selon la compagnie, 85% des passagers ont pu être transportés jeudi, 71% vendredi et 55% samedi. Pour dimanche, il a été prévu d’en acheminer 70%.L’AMPL, elle, estime que le mouvement de grève a été suivi massivement, soit par “95% des pilotes de ligne”. Ajoutant que le taux d’annulation des vols a atteint les 80%.Amin RBOUB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc