×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Mercedes: Les nouveaux modèles dopent les ventes

    Par L'Economiste | Edition N°:1912 Le 08/12/2004 | Partager

    . Même si le constructeur a pris du retard sur la concurrence. Le bilan de la marque reste mitigé sur l’ensemble de l’annéeLes ventes de la marque haut de gamme allemande Mercedes se sont redressées au mois de novembre, portées par les nouveaux modèles, après de longs mois de stagnation à cause de problèmes dans le renouvellement de la gamme, a annoncé la maison mère DaimlerChrysler hier. Le mois dernier, Mercedes a vendu 91.000 véhicules, soit 8,2% de plus qu’un an plus tôt. Toutefois, sur les huit premiers mois de l’année, les ventes restent en recul (-4,9%) à 955.300 unités, précise le groupe. Selon DaimlerChrysler, cette embellie est due principalement au succès des nouveaux modèles, notamment la nouvelle classe A, qui s’est déjà vendue à 40.000 exemplaires depuis son lancement le 10 septembre en Europe. Le constructeur a également profité de l’embellie du marché automobile allemand, avant les fêtes de Noël, après une longue période au point mort. Les ventes de Mercedes ont ainsi grimpé du 22% le mois dernier dans le pays. En y ajoutant les véhicules Smart, qui avec la marque Mercedes forment le Mercedes Car Group, le volume total des ventes le mois dernier a grimpé de près de 10% à 103.500 unités. Depuis début 2004, elles accusent encore une baisse de 2,4%. Les ventes de Smart, grâce au nouveau modèle cinq portes “forfour”, ont une nouvelle fois enregistré une forte hausse en novembre, de 22,3% sur un an, à 12.500 unités, soit 126.000 voitures depuis le début de l’année (+21,8%). Mercedes, traditionnelle vache à lait de DaimlerChrysler, semble donc entrevoir le bout du tunnel, après une passe délicate. Le renouvellement de la gamme n’a pas été assez rapide par rapport à la concurrence, notamment au grand rival bavarois BMW. De plus, Mercedes a été confrontée à des problèmes de fiabilité, aujourd’hui réglés, qui ont écorné l’image de la marque auprès des consommateurs, principalement en Allemagne. Du coup, le bilan reste mitigé sur l’ensemble de l’année. Pour la première fois dans l’histoire de l’entreprise, le constructeur est sur le point de se voir damer le pion cette année en terme de ventes par BMW.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc