×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Réunion de l’Otan sur fond de crise ukrainienne

    Par L'Economiste | Edition N°:1912 Le 08/12/2004 | Partager

    . Les missions de l’Alliance en Afghanistan et en Irak figurent également à l’ordre du jourLes ministres des Affaires étrangères de l’Otan, dont le secrétaire d’Etat américain sortant Colin Powell, se réunissent demain jeudi à Bruxelles pour parler des missions de l’Alliance en Afghanistan et en Irak. Mais la crise en Ukraine et les tensions avec Moscou pourraient éclipser ce débat.Les chefs de la diplomatie de l’alliance participeront dès ce soir à un dîner de travail avec les sept pays du “Dialogue méditerranéen”. C’est la première fois que les ministres des Affaires étrangères de l’Alliance atlantique ont des entretiens conjoints avec ces pays (Israël, Egypte, Jordanie, Maroc, Algérie, Tunisie, Mauritanie). L’objectif est de renforcer les échanges et la coopération notamment en matière de lutte contre le terrorisme.Jeudi, les ministres de l’Otan devraient consacrer leurs travaux à l’extension de la Force internationale d’assistance à la sécurité en Afghanistan (ISAF), qui reste la première priorité pour l’Alliance, selon des responsables. Par ailleurs, et alors que les alliés s’efforcent tant bien que mal de mettre de côté leurs différends à propos de l’Irak, les ministres devaient tenter d’accélérer l’ouverture d’une “Académie militaire” à Bagdad pour la formation des forces de sécurité de ce pays avant la fin de l’année.“Un sérieux désaccord” oppose à cet égard les Etats-Unis et leurs alliés à cinq pays européens, qui non seulement ont refusé d’envoyer des soldats en Irak mais refusent également que leurs officiers affectés à l’Otan participent à la mission sur le territoire de ce pays, selon un haut responsable de l’Alliance. Il a nommément cité la France, l’Allemagne, l’Espagne, la Belgique et la Grèce.Parmi les autres sujets à l’ordre du jour figure aussi la délicate situation au Kosovo, où la force multinationale de l’Otan reste sur le qui-vive après les violences antiserbes de mars dernier.Les développements en Ukraine liés à la crise qui secoue le pays depuis l’élection présidentielle contestée du 21 novembre et l’approche d’un nouveau scrutin le 26 décembre risquent cependant d’éclipser les autres débats. De surcroît, les chefs de la diplomatie de l’Otan entendent aborder le sujet avec leur homologue russe Sergueï Lavrov, qui sera également présent à Bruxelles jeudi.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc