×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Mauvais cru pour la BCE

Par L'Economiste | Edition N°:1936 Le 12/01/2005 | Partager

. Résultats 2004 plombés par la baisse du dollar La Banque centrale européenne (BCE) s’est enfoncée dans le rouge en 2004 avec une perte d’au moins un milliard d’euros, en raison de la baisse du dollar, après une perte de déjà 477 millions en 2003, affirme le 10 janvier le quotidien allemand Handelsblatt.Si ces chiffres sont confirmés, il s’agira de la troisième perte de l’institut monétaire au cours de sa jeune existence, après un trou de 247,3 millions d’euros en 1999. En 2002, elle avait encore dégagé un bénéfice de 1,22 milliard d’euros.Cette détérioration est due d’une part à la dépréciation du dollar, dans lequel sont libellés environ les trois quarts des avoirs en devises de la BCE (notamment des bons du Trésor américains). L’an dernier, l’euro a ainsi progressé de quelque 16% par rapport au billet vert et de plus de 60% depuis son plus bas historique atteint à l’automne 2000. En conséquence, la BCE a dû passer en 2004 des dépréciations à hauteur de 1,6 milliard d’euros sur ses réserves en dollar, selon le Handelsblatt.Le résultat est en outre affecté par le niveau toujours historiquement bas dans le monde des taux d’intérêt, qui réduit d’autant les rendements sur ses placements. En 2004, le produit net sur intérêt de la BCE a été ainsi amputé de 700 millions d’euro, souligne encore le quotidien allemand.La BCE s’est refusée à tout commentaire. Elle pourrait fournir une première estimation de ses résultats 2004 le 13 janvier à l’occasion de sa réunion de rentrée.Pour couvrir ses pertes, la Banque centrale européenne peut soit puiser dans les bénéfices qu’elle réalise en parallèle avec les banques centrales nationales de la zone euro sur l’émission de billets, soit procéder à une augmentation de capital. Elle dispose pour cela déjà d’une autorisation de principe des gouvernements européens.Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc