×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

General Motors: Suppressions d’emplois en Europe

Par L'Economiste | Edition N°:1874 Le 13/10/2004 | Partager

. Les sites allemands principalement touchés Le numéro un mondial de l’automobile General Motors s’apprête à annoncer des suppressions d’emplois massives dans ses activités déficitaires en Europe, qui suscitent des inquiétudes politiques grandissantes, notamment en Allemagne où le chômage est déjà très élevé. Selon la presse allemande, le groupe américain pourrait annoncer dès jeudi la suppression au total de 10.000 à 12.000 postes, soit un sixième des emplois sur le continent. La direction américaine semble avoir perdu patience face aux pertes récurrentes de ses trois filiales Opel en Allemagne, Vauxhall au Royaume-Uni et Saab en Suède.Le redressement est devenu pour lui impératif au moment où il est menacé dans son rang de leader mondial par un concurrent beaucoup plus rentable, le japonais Toyota. GM Europe est lourdement déficitaire depuis 1999, malgré un plan d’économies de 2 milliards d’euros lancé il y a trois ans. Et il continue à perdre du terrain face à la concurrence: depuis 2001, sa part de marché a reculé de 10,2 à 9,2% sur le continent.C’est donc logiquement la filiale allemande qui risque de subir l’essentiel des coupes: selon les syndicats, 6.000 à 7.000 emplois pourraient être supprimés sur un total de 32.000 dans le pays. A terme, l’américain envisagerait également de fermer une ou plusieurs usines en Allemagne d’ici 2010.L’affaire a pris une dimension politique en Allemagne, où les plans sociaux ou menaces de réductions d’effectifs se multiplient ces derniers mois, en particulier dans le secteur automobile. VW a ainsi menacé de supprimer 30.000 emplois faute d’accord sur un vaste plan d’économies. A terme, le chancelier Gerhard Schröder pourrait intervenir même s’il n’estime pas nécessaire de le faire pour l’instant. (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc