×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Le Nobel d’économie remporté par un Norvégien et un Américain

Par L'Economiste | Edition N°:1874 Le 13/10/2004 | Partager

Le prix Nobel d’économie 2004 a été attribué le 11 octobre au Norvégien Finn E. Kydland et à l’Américain Edward C. Prescott qui ont souligné l’importance des anticipations des marchés, des entreprises et des ménages pour les politiques macroéconomiques. «Ils sont récompensés pour leur contribution à la macroéconomie dynamique: la cohérence du temps dans la politique économique et les forces motrices derrière les cycles conjoncturels», a indiqué l’Académie royale des sciences de Suède qui attribue le plus récent des Nobel, puisqu’il ne fut créé qu’en 1969. Les contributions fondamentales des deux lauréats «sont d’une grande signification non seulement pour l’analyse macroéconomique mais aussi pour la pratique de la politique fiscale et monétaire dans de nombreux pays», a souligné l’académie dans son communiqué. «Leur travail a établi les fondations d’un important programme de recherche sur la crédibilité et la faisabilité de la politique économique. Leur recherche a notamment influencé les réformes des banques centrales et les politiques monétaires de nombreux pays ces dix dernières années», a précisé l’Académie.Les gouvernements peuvent par exemple être tentés par des baisses fiscales pour encourager certains comportements puis ensuite accroître la fiscalité pour engranger des recettes une fois obtenus les résultats escomptés. Mais par la suite, ménages ou entreprises peuvent anticiper de telles réactions et ne pas réagir dans le sens voulu par les décideurs.Dès 1977, Kydland et Prescott démontraient que les responsables qui n’étaient pas en mesure de se lier à une politique définie à l’avance seraient conduits à mener une politique inflationniste tout en ayant voulu le contraire. «Les lauréats présentaient cela comme un des exemples d’un problème général dans la politique économique: le problème de la cohérence du temps. Depuis, ce concept a dominé la recherche et la formulation de la politique économique», a analysé l’Académie. Alors on a fait appel aux théories des deux lauréats pour expliquer par exemple l’échec de la politique anti-inflationniste pendant les années 70. Finn E. Kydland, 60 ans, a obtenu son doctorat d’économie en 1973 à la Carnegie Mellon University de Pittsburgh. Il y enseigne aujourd’hui, ainsi qu’à l’université de Californie à Santa Barbara. Edward C. Prescott, 63 ans, est également diplômé de la Carnegie Mellon University. Il est professeur à la Arizona State University et conseiller de la Federal Reserve Bank de Minneapolis. (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc