×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Attijariwafa bank
La fusion entre dans sa phase opérationnelle

Par L'Economiste | Edition N°:1885 Le 28/10/2004 | Partager

. Rapprochement physique des équipes. Bientôt des produits et une tarification unifiésLe projet de rapprochement des banques BCM et Wafabank est entré depuis juillet dernier dans sa phase opérationnelle. Ce que le management du groupe nomme «la phase d’intégration», devrait s’étaler jusqu’à décembre 2005. Mais jusqu’alors, un plan de définition du projet (PDP), déployé entre février et juillet 2004, a formalisé les aspects techniques du rapprochement. Il s’agissait de décrire et analyser l’existant, identifier les meilleures pratiques, définir l’organisation cible et dimensionner les équipes en fonction de l’exploitation. Ce projet a abouti à la préparation de feuilles de route et d’un plan d’intégration. «Un projet piloté par 55 groupes de travail, regroupant plus de 350 collaborateurs, et qui ont préparé 210 livrables produits», a souligné Boubker Jaï, directeur général d’Attijariwafa bank, lors d’un point de presse le 26 octobre dernier.Une fois finalisé, ce travail conceptuel est aussitôt tourné en un plan d’intégration opérationnelle. Objectifs: rapprochement physique des équipes et mise en application des “business models” organisationnels et opérationnels définis. Il faudra également rédiger des procédures, migrer vers le système d’information cible et préparer la fusion juridique. Et aussi mettre en œuvre des plans de formation et communication.Les choses devraient aller très vite. «Dès 2005, la nouvelle entité présentera des chiffres consolidés et des produits unifiés», remarque Boubker Jaï. Au sein de la banque de détail, on s’attelle à unifier la gamme des produits et la tarification. Boubker Jaï assure «qu’il n’y aura pas de mauvaise surprise pour les ex-clients respectifs de BCM et Wafa; pour l’instant, les mêmes conditions sont appliquées, et les tarifs qui seront adoptés ne s’en écarteront pas beaucoup». Quoique les commissions et les taux d’intérêt diffèrent dans les deux banques, le directeur général ne donne aucune indication sur le bréviaire de commissions préparé. Des tarifs moins élevés seraient en fait un gain normal découlant de la synergie d’un grand groupe bancaire. Le réseau devrait arborer bientôt la nouvelle identité visuelle et accueillir de nouveaux produits de bancassurance. Attijariwafa bank compte en outre organiser ses agences par marchés, particuliers et entreprises. Il serait question également de segmenter la clientèle des particuliers et déployer une organisation commerciale axée sur les méthodes CRM. Le même schéma est appliqué pour organiser la banque d’entreprise: nouvelle organisation commerciale, unification de l’approche clientèle, segmentation par marchés (grandes entreprises, PME, international) et création d’un réseau spécialisé pour les entreprises.La banque d’investissement regroupera quant à elle les salles de marché et les sociétés de bourse, qui disposeront d’un back office unique. Le management compte également valider des business models pour l’ensemble des filiales financières. Ainsi, les équipes des sociétés de gestion d’actifs et de leasing vont être regroupées en une seule entité. Des plans de développement sont prévus pour d’autres ex-filiales de Wafabank, comme Wafa Immobilier, Wafa LLD, Attijari Factoring ou Wafa Cash, qui n’ont pas d’équivalent au sein de l’organisation de l’ex-BCM. Enfin, la fusion de Wafasalaf et Crédor devra intervenir avant la fin de l’année. Ces changements s’accompagneront de la création d’un «help desk» pour informer et expliquer à la clientèle les services, les produits, la tarification, l’organisation des structures et les nouvelles offres. Autre dossier épineux de ce rapprochement, la gestion de la bancassurance de BCM, comme annoncée à maintes reprises par son PDG, Khalid Oudghiri, est prise en charge par Wafa Assurance. Il est en tout cas difficile de changer de bancassureur, mais Jaï assure “qu’il n’y aura pas de perturbations quant à ce transfert puisque les mêmes termes financiers seront maintenus et la nouvelle compagnie devra veiller à ce que de meilleurs rendements soient servis aux clients». Comme il souligne également que «le stock des contrats jusque-là géré par Axa Assurance Maroc devrait être transféré graduellement vers la compagnie d’assurance du groupe afin de garantir une gestion optimisée des actifs».Reste enfin la plate-forme qui prendra en charge le traitement des activités. Le choix s’est porté sur le système d’information de l’ex-BCM, qui sera dès juillet 2005 déployé dans toutes les ex-agences de Wafabank. Le groupe a également retenu la création des centres de traitement régionaux (CTR) pour la centralisation des activités back office. Bouchaïb EL YAFI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc