×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

«La réforme est un long processus«
Interview de My Rchid Abderrazak, doyen de la Faculté de droit, Université Mohammed V Souissi, Rabat

Par L'Economiste | Edition N°:1692 Le 27/01/2004 | Partager

. Le dialogue est la solution adéquate pour expliquer les changement . L'absentéisme a diminué de 20% à quelques mois de la réforme- L'Economiste: Comment expliquez-vous ce mouvement de protestation au sein de certaines universités ? - My Rchid Abderrazak : Il s'agit d'une réaction qui diffère d'une ville à l'autre, selon les spécificités de chaque ville. C'est aussi la manière avec laquelle l'université est gérée et comment les activistes sont traités. Comme on ne peut pas gérer avec la répression, le dialogue est la solution adéquate pour expliquer aux étudiants les enjeux de cette réforme et les faire adhérer à cette action. La réforme est un processus demandant du temps, de la détermination, de la volonté, de la constance dans les orientations et de la cohérence dans les différentes actions. La communication et le dialogue avec toutes les parties concernées sont déterminants. - A quelques mois de l'application de la réforme universitaire, quel premier bilan peut-on dresser? - Nous ne pouvons encore dresser un bilan définitif, étant donné que les professeurs intègrent toujours les notes des examens. Toutefois, les premières impressions sont bonnes. En ce qui concerne notre département, nous avons constaté que le pourcentage de l'absentéisme a diminué. Il était de l'ordre de 50% les années précédentes et il a chuté à 30%. C'est une première. Les relations administration/étudiants ont changé. Ces derniers se sentent plus motivés. La seconde innovation est d'ordre pédagogique. Nous avons commencé par le système LMD: licence, master, doctorat, qui permet la mobilité des étudiants et les modules validés au Maroc le seront également en Europe. Les programmes sont aujourd'hui fin prêts jusqu'au Deug. Ceux de la licence, master et doctorat le seront au cours de l'année prochaine. L'enseignement des langues et de la communication ont pris place dans le cursus universitaire ainsi que les nouvelles technologies de l'information qui ont été introduites dans la première année et tout au long du parcours de l'étudiant. - Quels sont les changements opérés au sein de la Faculté avec l'application de la réforme ? - La Faculté n'a plus un système pédagogique basé sur les années, les matières et les examens, mais plutôt, sur les semestres et les modules. Il s'agit d'une évaluation continue des étudiants qui prend la place du système des examens. Les possibilités de passerelles d'une filiale à l'autre seront désormais possibles. Les modules acquis seront une propriété définitive de l'étudiant. Le but est de baisser les sorties sans diplômes.Concernant le corps enseignant, ils ont reçu en août dernier et recevront deux sortes de formations. Une régulière et de courte durée tous les trois mois. D'autres formations de longue durée (2 à 3 mois) sont également prévues tous les quatre ou cinq ans. L'enseignant est aussi au centre de la réforme. C'est pour cela qu'on a mis le système de la formation continue. Propos recueillis par Amal BABA ALI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc