×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Gestion en temps de crise, campagnes de vaccination…: Les dirigeants de l'UE se réunissent pour faire le point

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5924 Le 13/01/2021 | Partager
Un sommet en visioconférence le 21 janvier prochain
Des experts de l’OMS en Chine
Pour un accès mondial et équitable dans la course aux vaccins

Un sommet de l'UE sera programmé le 21 janvier prochain par visioconférence sur la coordination entre les Vingt-Sept face à la crise sanitaire. Cette réunion aura lieu alors que des critiques se sont élevées sur la lenteur des campagnes de vaccination contre la pandémie Covid-19 dans certains pays. Le principe de ce sommet avait été annoncé il y a quelques jours par le président du Conseil, Charles Michel, lors de sa visite au Portugal qui a pris la présidence tournante de l'Union le 1er janvier, succédant à l'Allemagne. Ce sera l'occasion pour les Etats membres de faire le point notamment sur la gestion et les bonnes pratiques en temps de crise.

ue-vaccins-024.jpg

Tour d’horizon:

■ L'UE double sa commande de vaccins: Bruxelles a annoncé un nouvel accord avec le duo formé par l'américain Pfizer et l'allemand BioNTech. Le texte prévoit une précommande ferme de 200 millions de doses supplémentaires de leur vaccin anti-Covid, assorti d'une option pour 100 millions de plus. Cela s'ajoute au contrat déjà conclu portant sur 300 millions de doses du vaccin, autorisé depuis le 21 décembre par la Commission européenne. Les Vingt-Sept pourront donc disposer de jusqu'à 600 millions de doses (sachant qu'il faut deux injections à quelques semaines d'intervalle). Cette nouvelle précommande de la Commission permettra surtout d'accélérer les livraisons aux Etats membres puisque ces doses supplémentaires commenceront à être livrées au deuxième trimestre, selon l’exécutif européen. L'UE a signé des contrats avec six fabricants: Pfizer-BioNTech, mais aussi le suédo-britannique AstraZeneca, l'américain Johnson&Johnson, le duo franco-britannique Sanofi-GSK, l'allemand CureVac et l'américain Moderna. Elle est encore en pourparlers avec l'américain Novavax. Seuls deux vaccins sont actuellement autorisés par Bruxelles: Pfizer-BioNTech et Moderna. Un troisième vaccin pourrait bientôt les rejoindre, celui d'AstraZeneca/Oxford, a annoncé l'Agence européenne des médicaments (EMA).

■ Enquête sur les origines du virus: La Chine a autorisé les membres de l’équipe scientifique internationale chargée d’enquêter sur les origines du virus responsable de la Covid-19 à se rendre dans le pays. «Nous sommes impatients de travailler en étroite collaboration avec nos homologues chinois dans le cadre de cette mission essentielle visant à identifier la source du virus et sa voie d’introduction dans la population humaine», a  tweeté le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus. Selon les médias, l’équipe d’experts de l’OMS entamera finalement sa mission ce jeudi 14 janvier. Cette annonce intervient au moment où le pays vient d’enregistrer une légère hausse des cas de contamination au coronavirus, alors qu’elle semblait avoir à enrayer la pandémie depuis le printemps dernier. «Les campagnes de vaccination massives, face à la progression galopante du Covid-19, ne suffiront pas à garantir une immunité collective en 2021», ont averti les experts.

vcaccin-monde-024.jpg

Au 9 janvier 2021, une cinquantaine de pays ont entamé des campagnes de vaccination et au moins 22 millions de doses ont été administrées dans le monde (Ph. AFP)

■ Polémique sur la distribution des vaccins: L’OMS a dénoncé la distribution non équitable des premiers vaccins contre la Covid-19 au détriment des pays et des populations les plus vulnérables. Sur les 42 pays qui déploient actuellement des vaccins sûrs et efficaces contre le virus, 36 sont des pays à revenu élevé et six sont des pays à revenu intermédiaire, est-il précisé. D’entrée de jeu, «les pays riches ont acheté la majorité de l'approvisionnement en vaccins multiples, laissant peu de place à ceux plus pauvres». «Le problème est donc évident que les pays à revenu faible ou intermédiaire ne reçoivent pas encore le vaccin», a alerté le directeur général de l’OMS, lors d’un point de presse depuis Genève (https://news.un.org, https://www.who.int). Selon lui, ce problème peut et doit être résolu grâce à l’Accélérateur ACT (le dispositif mis en place par l’OMS et ses partenaires pour accélérer l'accès aux outils de lutte contre la Covid-19) et au Covax (le pilier de ce même dispositif qui permet d'accélérer la mise au point et la production d’un vaccin efficace dont tous les pays pourront bénéficier).

                                                                         

L’Afrique a dépassé le cap des 3 millions de cas

 

Le seuil des trois millions d’infections au nouveau coronavirus a été franchi lundi 11 janvier en Afrique, qui reste cependant le continent le moins touché dans le monde à ce jour. Le continent africain recense exactement 3.047.625 cas confirmés de Covid-19, dont plus de 72.300 décès, selon le dernier décompte établi par l’OMS. L'Afrique du Sud a décidé de fermer ses frontières terrestres alors que le pays est aux prises avec une recrudescence sans précédent de cas alimentés par un nouveau variant.
Dans l’ensemble, l’Afrique du Nord reste la partie du continent la plus touchée. Parmi les pays les plus frappés par la pandémie figurent le Maroc (452.532 cas et 7.743 décès), l’Egypte (149.792 cas et 8.197 morts), la Tunisie (159.276 cas et 5.215 décès), la Libye (104.745 cas et 1.581 morts) et l’Algérie (101.913 cas et 2.803 décès). Face à la récente apparition sur le continent de nouveaux variants de la Covid-19 qui semblent avoir une transmissibilité plus forte, l’OMS avait appelé les pays africains à renforcer la surveillance et l’analyse génomique. Et ce, afin de détecter toutes nouvelles mutations et de renforcer les efforts pour enrayer la pandémie.

F. Z. T.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc