×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Aérien: Tanger limite la casse

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5894 Le 30/11/2020 | Partager
Son aéroport, Ibn Batouta, s’arroge la 2e place au niveau national
Le tourisme d’affaires est l’une des raisons de ce maintien

Le transport aérien passe par des moments difficiles. Il affiche les pires chiffres de son histoire, pandémie et quasi-immobilisation des flottes aériennes obligent.

aerien-tanger-094.jpg

Avec 41.000 passagers en octobre, Tanger s’arroge 10% de parts de marché et la deuxième place au niveau des aéroports marocains (Ph. Adam)

Au niveau national, les baisses ont atteint et dépassé les 70% sur les dix premiers mois de l’année au niveau du transport de passagers. L’aéroport Ibn Batouta de Tanger affiche des résultats légèrement meilleurs. S’il enregistre lui aussi une nette régression, suite à la limitation des vols, la baisse est toutefois limitée avec une nette reprise à la fin de la saison d’été et des vols spéciaux de rapatriement.

L'aéroport d'Ibn Batouta se permet même d’afficher un score de sept points inférieur à celui de la moyenne nationale en termes de croissance et de s’ériger à la 2e place derrière l’aéroport Mohammed V de Casablanca. Il arrive de la sorte à déloger de leurs positions d’outsiders les plateformes aériennes de Marrakech et d’Agadir, et ce grâce au tourisme d’affaires.

Le mix de la clientèle touristique de la capitale du Détroit a grandement évolué lors des dix dernières années. La part du tourisme d’affaires s’est nettement améliorée en atteignant 30 à 40% du total avec un étalage de la saison touristique sur toute l’année.

En ces temps de pandémie, le volume du tourisme d’affaires n’a pas trop rétréci, surtout depuis l’allégement des conditions de confinement au niveau mondial. C’est ce qui permet à de nombreuses entreprises de maintenir leur rythme de travail et de continuer à se battre pour récupérer les parts de marché érodées par le confinement total et par la perte de confiance créée par le Coronavirus.

L’aéroport Saniat Rmel de Tétouan n’a pas eu la même chance, par contre. Ses chiffres ont connu une baisse de 84,5% en 2020, 15 points de plus que la moyenne nationale. S’il a réussi à dépasser la barre des 1.000 passagers en août, le score a nettement baissé pour atteindre les 400, soit un peu plus du centième du score réalisé par son aîné Ibn Batouta.

De notre correspondant permanent, Ali ABJIOU

 

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc