×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Test PCR: Les laboratoires privés refusent la baisse des tarifs

Par Ahlam NAZIH | Edition N°:5894 Le 30/11/2020 | Partager
L’ANAM propose 450 DH pour préparer le remboursement par l’AMO
Le prix serait ainsi divisé par 2, alors que le coût de revient est estimé à 550 DH
Les tractations se poursuivent

Un test PCR gratuit pour tous les Marocains. Ce serait le scénario idéal dans le plan de lutte contre la pandémie. Certains pays l’ont fait. En France, tous les citoyens porteurs d’une carte vitale peuvent procéder au test gratuitement, avec ou sans ordonnance.

test-pcr-094.jpg

Si un accord est trouvé, le test PCR sera remboursé pour les bénéficiaires de l’AMO (adhérents de la CNOPS et de la CNSS). Du côté des assureurs privés, la Fédération Marocaine des Sociétés d’Assurances et de Réassurance (FMSAR) avait précisé que les frais pharmaceutiques et médicaux liés au Covid-19 sont pris en charge, mis à part les tests préventifs hors prescription médicale (Ph. ANA)

L’Agence nationale de l’assurance maladie (ANAM), après avoir acté la prise en charge et le remboursement du traitement Covid par les cliniques, s’attaque à la PCR. Le régulateur travaille en ce moment sur la mise en place d’une nomenclature pour le remboursement du test par l’AMO.

Au lieu d’un tarif à 500 DH dans les CHU et laboratoires publics, et entre 650 et 700 DH dans le privé, l’agence propose un prix inférieur à 400 DH dans le public, et de 450 DH pour les laboratoires privés. Toutefois, pour les laboratoires de ville, réduire leurs tarifs de moitié est juste irréaliste. Plusieurs rencontres ont déjà été organisées autour de ce projet. La dernière en date est celle tenue mardi dernier, en présence des représentants du secteur, dont la Chambre syndicale des biologistes et le Conseil des pharmaciens biologistes.

Du côté du syndicat régional des biologistes médicaux de la région Casablanca-Settat, représentant la majorité des laboratoires privés effectuant le test PCR au Maroc (près de 23 laboratoires), le projet ne passe pas. «Il faut savoir que tous les produits que nous utilisons pour la PCR, que ce soit les réactifs, les consommables, le matériel…, tout est importé. Avec la crise pandémique et la pression de la demande, les prix ont explosé», relève Said El Hafiane, président. «Même dans les pays où tout est fabriqué localement, la RT-PCR est facturée à plus de 60 euros, sans compter le prélèvement. Si vous le rajoutez, il faut intégrer aussi le Kit, la protection du personnel, la gestion des déchets… Pour réduire ces coûts, l’Etat aurait dû sécuriser le circuit de distribution des produits», ajoute-t-il.

Plus de 800 DH pour les personnes non couvertes par l’AMO!

Les laboratoires estiment leur coût de revient moyen à 550 DH, sans compter les investissements réalisés pour se conformer au cahier de charges imposé par le ministère de la Santé. Dans une intervention au Parlement, le ministre des la Santé, Khalid Aït Taleb, avait lui-même révélé que le test est effectué au prix coûtant dans le public, soit 500 DH, et que, d’après les estimations de la commission des nomenclatures, il devrait se situer à 680 DH dans le privé. «Par ailleurs, nous ne donnons pas notre accord pour la proposition de sous-facturer à 450 DH pour les adhérents de la CNOPS et de la CNSS, et de surfacturer à 804 DH pour les autres citoyens. Cette mesure est même anticonstitutionnelle», rajoute El Hafiane.
Le remboursement du test PCR est donc, pour l’instant, suspendu à l’accord sur les tarifs. 

                                                                     

Bientôt les tests antigéniques rapides

Aucune date n’a encore été précisée, mais les tests antigéniques rapides, basés sur un prélèvement nasopharyngé (au même titre que la RT-PCR), feront bientôt leur entrée sur le marché. Ils devraient être proposés dans les centres de santé et les laboratoires, y compris privés. Le tarif, non plus, n’a pas encore été fixé. Les tests antigéniques, dont les résultats peuvent être connus en seulement quelques minutes, sont utilisés dans des cas précis, notamment pour les personnes présentant déjà des symptômes Covid. «Cependant, ces tests ne peuvent pas être utilisés n’importe comment et il faut parfois les compléter par une RT-PCR, car jugés moins fiables», explique Said El Hafiane. A l’occasion de l’introduction des tests antigéniques, les laboratoires de ville suggèrent la généralisation des tests sérologiques également. «Pour l’instant, seuls les laboratoires privés autorisés à effectuer la RT-PCR peuvent proposer les tests sérologiques. Or, tout le monde peut y procéder. Ce serait un apport considérable pour les études sur la pandémie, surtout à la veille de la vaccination de la population», recommande le président du syndicat régional des biologistes médicaux de la région Casablanca-Settat.

Ahlam NAZIH

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc